Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Art Et Yoga

  • : art et yoga, blog sur le Hatha yoga et les formations proposées.
  • : Blog sur la pratique et les techniques du yoga, complémentaire du site : www.art-et-yoga.fr
  • Contact

Accueil

Bienvenue sur Art et yoga! Vous trouverez dans ces pages de quoi organiser vos séances, découvrir des techniques de yoga, trouver des renseignements sur nos cours par correspondance, et de nombreux autres articles qui seront repertoriés au fur et à mesure suivant leur catégorie. Alors bonne visite, et n'hésitez pas à nous contacter! Ce site est en complément de www.art-et-yoga.fr!

Attention! Je ne reçois rien dans ma boite mail, pour me contacter écrivez à

artetyoga@netcourrier.com

Recherche

contact

pour me contacter, écrivez à         artetyoga@netcourrier.com

 

Liste D'articles

  • Soi, sommeil et centre du coeur selon les upanisad
    Les upanisad sont des textes qui forment un immense corpus philosophique dans la tradition indienne. On en dénombre plus d'une centaine. Certains ont été écrits 800 ans avant notre ère ; d'autres sont plus tardifs. Certains sont rattachés à un ensemble...
  • Comment pratiquer le yoga chez soi?
    En ces temps post confinement, sans doute êtes-vous nombreux à vous être mis au yoga grâce à des cours en ligne, des vidéos, tout ce que internet met à disposition grâce à des tutoriels, etc. Peut-être avez vous envie de continuer ou d'aller plus loin?...
  • Courte séance de yoga expliquée et guidée pour débutant N°3
    Voici une courte séance de yoga, facile à caser dans sa journée; pour des effets plus en profondeur, vous pouvez tout à fait doubler le temps de chaque technique. N'hésitez pas à m'envoyer vos questions si vous en avez. Bonne pratique!
  • Préparation physique, danse ou autre avec des souffles rythmés
    Comme je vais bientôt proposer des cours de danse en ligne, odissi et indo-orientale, (c'est prévu pour juin) je commence à faire quelques petites vidéos pour la préparation du corps qui nécessite surtout des étirements ou des renforcements musculaires...
  • Deuxième mini-séance en ligne pour débutants
    Bonjour à tous! Comme j'ai eu des retours positifs sur la première séance, je mets une deuxième mini-séance de hatha-yoga " spécial confinement" conçues pour tous ceux qui n'ont plus la possibilité de prendre leur cours à l'extérieur, ou bien qui profitent...
  • Séance guidée en vidéo de yoga pour débutant
    Composé d'un étirement debout, puis du demi-pont, pour dynamiser l'énergie, suivi d'un travail de souffle avec le chat, qui va redonner de l'amplitude au sou... Dans cette séance, vous trouverez Talasana pour faire circuler l'énergie, puis le demi-pont...
  • Destresser et se ressourcer : mini séance de yoga nidra
    Une petite séance de yoga nidra, très courte, hors " saddhana", c'est à dire pratique intense quotidienne, pour vous permettre de vous ressourcer et de ne pas laisser le monde extérieur vous imposer son dictat, son stress permanent; n'oubliez pas que...
  • Le yoga pour les seniors? Non! Le yoga au fil du temps!
    ( photo 2006) La pratique du yoga au fil du temps…comme maintenir tamas, rajas en harmonie et accueillir sattva. Il est assez rare que l’on commence le yoga à 20 ans et si on le fait, la plupart du temps, c’est dans une recherche de souplesse avant tout....
  • Les étirements du chat, en version guidée
    La posture du chat, dite Marjariasana, est une bonne posture d'étirement de tout le corps; à faire régulièrement de 7 à 77 ans pour conserver au corps souplesse et tonicité. Je la mets toujours au programme avant une séance d'odissi et quand par flemme...
  • Marcel Proust et le yoga ( 2)
    Je laisse la parole à Marcel Proust qui décrit ici d'une manière pleine d'humour un état de yoga nidra... ce qui est extraordinaire ( entre autre) dans ce passage, c'est sa capacité à descendre dans les profondeurs du ressenti et de l'analyse, chose si...
14 juillet 2019 7 14 /07 /juillet /2019 09:51
Pranayama et liberté - 2ème partie : dénouer les liens du karma

Le karma : une relation de cause à effet ?

 

 

 Par ailleurs la philosophie tantrique, comme celles d’autres   traditions asiatiques tel le Japon, l’Inde, Jaïns, bouddhistes, etc… base la vie de l’individu sur le principe de réincarnation et de karma, c'est-à-dire le fait de revenir plusieurs fois et de subir les effets de sa vie précédente.

 

Dans ces traditions se posent toujours les questions de la raison de l’incarnation de l’individu, de son devenir et de la finalité de cette incarnation. Tout cela, d’après ces traditions,  est plus ou moins équivalent à chacun.

 

Ces traditions expliquent que le karma a une relation  de cause à effet : si l’individu fait telle chose,  cela produit telle chose qui créée un conditionnement. Dans les traditions populaires, cela devient même quelque chose qu’on va subir : on fait du mal dans une vie, dans la prochaine on le subira à son tour. Ce un fonctionnement simpliste est sans doute inexact ; mais ce qui sûr c’est que l’individu est soumis à un conditionnement de par une mémoire : quelle soit purement «  karmique » si on y croit, ou génétique, car là encore, les sciences expliquent comment les mémoires générationnelles sont transmises via la génétique et comment quelque chose de non résolu en amont pour être «  légué » à ses descendants qui en héritent. 

 

Le pranayama, ce grand alchimiste

 

Cependant, la tradition tantrique explique qu’il est possible de changer ces conditionnements grâce au souffle. Toujours lui.

Avec le pranayama, l’individu apprend à purifier ses énergies, et à rendre ses trois corps plus imperméables aux influences  extérieures : c’est là qu’est sa part de liberté. Et une fois encore, c’est le souffle qui va lui permettre d’acquérir cela. En purifiant ses trois corps, et en évacuant ce qui ne lui appartient pas, en déconditionnant ce qui lui a été imposé par son éducation, sa famille, les valeurs de son pays, etc… il devient plus conscient, plus lumineux, il est plus a même de faire des choix ; la dualité le tiraille moins, les émotions ne le dirigent plus.

 

Ainsi une même cause, sur deux individus dont l’un a une conscience claire, et l’autre est encore dans les brumes de son être, ne vivront pas un même évènement de la même façon ; l’un aura le choix, l’autre se soumettra plus au hasard, n’étant pas à même d’avoir accès à la part la plus profonde et authentique de lui-même.

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2019 1 08 /07 /juillet /2019 08:27
Pranayama et liberté : les processus alchimiques du souffle, clé de toute transformation

Première partie

 

Le souffle est puissamment en relation avec les processus mentaux qui tout au long de la journée fluctuent énormément, ce qui entraine également des fluctuations au niveau des énergies qui parcourent les autres corps.

L’expression en «  avoir le souffle coupé » montre bien qu’un choc émotionnel violent a une incidence puissante sur le souffle, et c’est vrai pour absolument tout ce qui se passe ; bien sûr à des degrés différents, parfois imperceptibles, vous ne vous en rendez pas compte, mais les énergies se mettent à circuler moins bien, et le souffle se bloque peu à peu. N’oubliez pas que les trois corps sont en étroite relation  grâce aux adharas et ce qui arrive à l’un se transmet aux deux autres et c’est vrai dans les deux sens. Les trois corps échangent en permanence des informations. Il s'agit des corps physique, énergétique et mental. Je prenais un exemple un peu extrême, mais la plupart du temps, on ne remarque pas les fluctuations du souffle, s’il accélère, se coupe, ou même se bloque tant l'être humain est happé par son mental, ce qui est d'autant plus vrai avec cette cohorte de gens rivés à leurs portables...

.

Les techniques de pranayama permettent de mettre en place ce qu’on appelle le souffle énergétique qui n’est plus un souffle purement physiologique : en clair, a n’a plus besoin d’inspirer autant d’oxygène, le relai est pris par l’énergie de la structure énergétique : ce qui veut dire qu’avec de la pratique, le souffle devient très stable : s’il est stable, le mental l’est aussi et devient en quelque sorte imperméable  aux différentes fluctuations de la journée - car tout influence le souffle y compris les stimuli sensoriels, qu’ils soient auditifs, visuels, ou autres-  mais avec ces techniques de souffle, celui-ci devenant plus subtil, plus énergétique, assure une vraie stabilité de l’être tout entier.

 

En outre, comme pour l’eau sur la terre, qui circule en boucle depuis des millions d’années, l’air est bien toujours le même et a déjà été respiré des milliers de fois ; cela veut dire que des millions de créatures ont déjà respiré cet air avant nous, qu’il est chargé de leurs énergies, de leurs mémoires.  Éveiller son souffle subtil, c’est s’extraire du collectif qui, mémorisé d’une certaine façon dans cet air,  impose, à travers lui,  une façon d’être, de penser, de réagir. Cela permet donc de se couper de façons d’être, de penser, d’agir collectives, sans même que l’individu n’ait la capacité de s’en rendre compte ; peu à peu, il investit pleinement tout son être, sans plus que l’extérieur ne vienne lui imposer ce qu’il doit penser, aimer, regarder, acheter, etc..

Si vous avez des doutes, sachez que des tests récents ont été faits dans des salles de cinéma qui diffusaient un certain type de film et qu’il a été constaté que l’air respiré non seulement se chargeait des émotions des spectateurs, mais qu’en plus cela avait une influence sur l’ensemble des personnes de  la même salle ; c'est-à-dire si un spectateur très sensible regarde un film d’horreur et est terrifié, par son souffle, il contaminera en quelque sorte ses voisins. 

 

L’extérieur désigne non seulement les individus, mais aussi les lieux, le temps qu’il fait, tout ce qui peut influencer de l’extérieur un être humain. Car tout a une interaction avec le souffle qui lui-même modifie et influence les corps physiques et mentaux.

 

 En résumé, si le souffle est instable, ou si vous préférez irrégulier, il est difficile de garder une stabilité intérieure; si l’être humain était un navire, le souffle serait la mer,  et vous voyez donc ce qui se passe si la mer change sans cesse ; sauf si le capitaine sait parfaitement diriger son bateau. D’où l’un des rôles du pranayama : par les techniques de yoga, le souffle énergétique est éveillé, ce qui stabilise le souffle tout court ; ainsi tout l’individu qui acquiert cette stabilité. L’individu gagne en harmonie.

 

Vous pouvez d’ailleurs vous amuser à observer dans la journée l’état de votre souffle et votre état intérieur personnel. Pensez aussi régulièrement à ramener un souffle calme, ample et lent, par exemple, s’il est un peu haché et rapide plusieurs fois dans la journée sur une minute ou deux ; mais c’est le travail régulier du pranayama qui assurera vraiment cette stabilité.

 

 

Suite de l'article à venir

 

 

Partager cet article

Repost0
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 11:13

7350_l.jpg

 

Svara et Prana

 

 

La philosophie indienne conçoit un grand souffle vital cosmique à l’œuvre dans l’être humain qu’on appelle le Svara ; c’est le souffle cosmique qui actuellement extend l’univers un peu comme une immense inspiration, avant que tout ne revienne à son point d’origine. Certains astro-physiciens qui se sont penchés sur les philosophies orientales l’ont comparé à la théorie du bing bang et à cette force qui fait que l’univers est actuellement en extension, alors qu’il était à l’origine contracté sur lui-même à l’extrême pour autant qu’on puisse se «  représenter » cette contraction.

 

Le Prana est ce même souffle mais à une échelle plus petite ; c’est ce qui anime Mana maya Kosha, le corps énergétique étroitement imbriqué au  corps matériel.  C’est le Prana qui  anime tout ce qui est vivant, y compris le monde minéral. Il s'en va lorsque l'on meurt laissant la matière " inerte".

 

Ainsi, à travers le prana-yama, il est possible de se relier à ce souffle cosmique qui vit en chacun de nous. Toutes  les techniques de yoga servent à l’éveiller d’une façon ou d’une autre. Il purifie complètement les pensées, le mental, et les fils qui nous maintiennent fortement lié à notre destinée, à travers notamment les granti. Le purifier permet de défaire les liens et ouvre la porte de la liberté. 

Quand on travaille sur le prana, on trouve un rythme qui est en accord avec un rythme universel ; cela permet de passer à un rythme impersonnel : on devient en quelque sorte plus grand que son petit moi ; on réalise le côté magique, sacré, de son être ; car on peut tout à coup créer un lien avec l’univers.

Grâce au  prana   qui nous anime, on se relie au grand Svara universel.

C’est un des éléments qui permet de trouver non seulement la liberté, mais aussi l’harmonie. En se reliant à un tout bien plus vaste que soi, on trouve sa place, comme une pièce de puzzle, infime certes,  mais indispensable dans une mosaïque infinie.  

 

 

 

Lire aussi : pranayama, 1ère leçon  

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 17:50

Dans les écoles de Natha-yoga, le souffle appelé pranayama a une part importante. C’est lui qui est chargé d’effectuer le travail de purification dans les postures et les Mudras. Mais pour qu’il puisse faire ce travail en profondeur, il va falloir apprendre à le maîtriser. Il a d'autres visées que nous verrons plus tard.

 

Le yoga propose donc une grande variété de souffles qui ont tous des buts différents et que l’on emploie suivant les techniques ou le résultat que l’on veut obtenir.

 

Dans notre première année de cours, nous verrons des souffles faciles, et garderons surtout à l’esprit qu’il faut réussir à allonger le souffle et à le débloquer avant de se lancer dans un travail plus avancé.  Allonger le souffle est à la portée de tout le monde et facile à intégrer dans toutes les techniques de yoga. Le faire progressivement, régulièrement pendant un assez long moment,  peu amener peu à peu à une respiration par minute...

 

1)     L’allongement du souffle :

 

 

Ø      Son but : débloquer la respiration, redonner sa place à l’expiration

 

Lorsque l’on travaille sur son allongement, on choisit un rythme qui est :

- 1 temps pour inspirer

- 2 temps pour expirer

 

Le mot «  temps » correspond grosso modo au mot sanskrit «  Matra » qui signifie mesure, valeur.

Un Matra n’est pas  une seconde, et il est très fortement déconseillé pour compter de se caler sur le tic-tac d’une horloge. Nous verrons plus tard pourquoi.

Il faut que ce Matra vous soit propre, personnel, qu’il monte de vos profondeurs.

 

Les textes traditionnels disent qu’un Matra c’est le temps pour chacun que fait l’index à faire le tour du genou + un claquement de doigt.

Prenez le temps d’essayer cette petite technique pour avoir une idée, mais tôt ou tard, vous allez sentir intérieurement ce Matra.

 

Ainsi, si dans une technique, il faut tenir 1 temps d’inspir et 2 d’expir, cela nous donne par exemple :   3 Matra pour inspirer  / 6  Matra  pour expirer

Comme un Matra dure grosso modo entre  1,3 seconde ou 1,8 seconde, suivant les individus, cela nous donne la valeur pour notre exemple  d’un cycle sur 11 ou 17 secondes environ  au lieu de 9 ; Cette petite différence est importante, gardez le à l’esprit.

 

Ce travail d’allongement  avec l’expiration plus longue que l’inspiration est celui que vous garderez pour toutes les techniques si vous n’arrivez pas à installer les deux autres souffles que nous allons commencer à travailler dès cette série et qui sont le Samavritti pranayama et le Visamavritti pranayama

 

Vous pouvez vous entraîner allongé pour commencer, puis faire cet allongement de souffle peu à peu dans toutes vos techniques.

 

 

 

Partager cet article

Repost0