Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Art Et Yoga

  • : Articles sur le Hatha yoga et les formations proposées.
  • : Pratique les techniques du yoga, issues des écoles tantriques, complémentaire du site : www.art-et-yoga.fr
  • Contact

  • artetyoga
  • professeur de yoga et  yoga nidra
musicienne et danseuse
  • professeur de yoga et yoga nidra musicienne et danseuse

Accueil

Bienvenue sur Art et yoga, blog de Valérie Beck,  complémentaire  du site www.art-et-yoga.fr. Vous trouverez dans ces pages de quoi organiser vos séances, découvrir des techniques de yoga, trouver des renseignements sur nos cours par correspondance, et de nombreux autres articles. Diplômée en yoga, yoga nidra, yoga thérapeutique, je suis des études de sanskrit. Pourquoi art et yoga? Parce qu'en parallèle je suis musicienne et danseuse. En Inde, les arts et le yoga permettent d'atteindre Moksha, but ultime de l'art et du yoga!

 

 

Recherche

contact

      artetyoga@netcourrier.com

 

31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 08:49

Cette  très courte séance de yoga en dynamique s'adresse au seul corps physique. Il s'agit de faire un certain nombre de postures en harmonisant les mouvements avec les inspirations et les expirations.  Quand on travaille sur l'énergie, on garde la posture sans bouger, mais lorsque l'on veut faire un travail sur l'ostéo-articulaire, on fait les mouvements en dynamique afin de redonner de la mobilité aux zones concernées.

Séance parfaite pour  : les problèmes de lombaires, les légers tassements vertébraux; assouplir  et étirer toute la colonne vertébrale. Dénouer les épaules. Redonner de la mobilité à l'ensemble de la colonne.

Cette courte séance se décline en :

  1. Posture de la chaise
  2. Posture du chat qui s'enchaîne sur une courte salutation au soleil simplifiée.
  3. Posture de la barque sur le ventre  (position des bras au choix)
  4. Le tailleur en torsion.
  5. Torsion au sol
  6. Travail sur les abdos profonds : transverse. ( qui permet de bien soutenir les lombaires.)

Cette routine est parfaite si vous êtes beaucoup assis; dans ce cas, vous pouvez même la faire deux fois par jour s'il vous est possible de vous allonger dans votre bureau, sinon, ne faites que la posture debout mais en répétant davantage.

Chaque posture peut-être répétée plus de fois que ce qui est proposé. La vidéo est un canevas mais libre à vous ensuite de composer votre propre routine à partir de cette vidéo!

Et n'hésitez pas à m'écrire si vous voulez des explications ou conseils supplémentaires!

Bonne pratique!

Partager cet article
Repost0
19 août 2021 4 19 /08 /août /2021 11:08

Cette posture est présentée ici en sa version de base; elle est accessible à tous.

Elle permet de faire un premier travail de souffle dans l'axe ( sushumna) à partir du pubis.

Elle apporte beaucoup de détente et de recul et faite régulièrement, elle éveille le souffle subtil  et entretient Ojas.  A la fin de la vidéo, une vidéo vous est proposée si vous désirez avoir plus d'informations  sur cette technique.

 

Partager cet article
Repost0
12 août 2021 4 12 /08 /août /2021 14:31

                            Sarasvatî, déesse de la parole et de la musique  qui vient de Sara, l'onde, le flot.

Yoga, son, vibration, cosmos et divin : introduction

 

Dans le yoga, le son et sa vibration sont quelque chose de fondamental. Au moment où l’univers se déploie, la trame est le silence puis une vibration met en résonance l’univers à naître.

Temps et espace sont créés. L’espace, c’est l’akasha, dont l’étymologie signifie lumière irradiante. Il est formé de la racine kAs, apparaître, briller, qui donne le mot kAsA, devenir visible, le A long signifiant « à partir de son centre ». On traduit souvent ce mot par éther ou ciel.

La pensée est à ses origines une émanation dans le silence qui devient vibration sonore, puis lumineuse qui deviendra phonèmes. Ceux-ci engendreront les mots, qui eux-mêmes, au gré de vibrations de moins en moins subtiles,  prendront la densité qu’on appelle « réalité ».

Par exemple, du silence émane la vibration sonore arbre qui devient pensée-lumineuse-arbre qui va vibrer en phonème vrksh, qui deviendra la forme arbre, qui prendra la densité de la  « réalité » arbre que vous connaissez. L’idée précède la parole et la chose elle-même.

Pour la pensée indienne, tout est en germe, tout existe déjà, avant d’apparaître.  

Pour faire une comparaison plus simple, vous savez par exemple que le chêne est contenu dans le gland, mais tant qu’il n’est pas devenu « réalité », vous ne pouvez pas le voir.

De même, la parole est en germe latent dans buddhi, l’intelligence intuitive, différente de citta, l’intelligence analytique. (Buddh s’éveiller, connaître de façon intuitive ; Citt, penser en utilisant l’organe de la pensée considéré comme un sens au même titre que l’ouïe ou la vue, manas)

Pour les Indiens, chaque syllabe comporte une part d’énergie divine active puisqu’elle émane de la source première. Energie du divin dans sa vibration, qu’elle soit entendue, pensée, prononcée, les syllabes réactivent en les prononçant cette énergie divine. On comprend ainsi bien mieux le rôle des mantras récités à longueur de journée.

À noter d’ailleurs que contrairement au grec ou au latin ancien, le sanskrit n’est pas du tout une langue morte ; il est enseigné dans les écoles. Chaque année paraissent des ouvrages philosophiques, scientifiques, littéraires en sanskrit qui est toujours parlé dans certaines circonstances, colloques, émissions de radio ou autres ; c’est une langue d’érudit, mais une langue vivante. Des mots sont régulièrement créés en sanskrit pour suivre l’évolution du monde. Navette spatiale, ordinateur, etc…

Tout en sanskrit provient donc de racines ou bijas, syllabes très courtes comme expliqué plus haut. À partir d’elles, on assemble des préfixes, des suffixes, d’autres syllabes : c’est donc un jeu de lego immense qui permet d’exprimer la pensée de multiples façons sous de multiples angles ; non seulement il y a 52 lettres, mais pour un mot en français, il y en aura par exemple trois ou quatre en sanskrit : l’eau, la montagne, le roi, des mots simples peuvent se dire de multiples façons. Pour le riz, suivant qu’il est cuit, sucré, de telle variété, etc, vous avez une dizaine de mots.

Le bija, ou sève première  de son, ramène toujours à l’unité originelle, à la vibration fondamentale, donc au divin.

art-et-yoga©2021

 Première, deuxième partie et troisième partie à venir : le pouvoir magique du son. Sruti : la tradition révélé. Mantra et yoga thérapeutique. Du Om au AUM.

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2021 6 31 /07 /juillet /2021 09:29

 

En Occident, l’astrologie  populaire des magazines prédit l'avenir; à un stade un peu plus élevé, elle sert à faire  le portrait de l’individu incarné. Depuis les années 1950, sous l’influence des théosophes comme Dane Rudhyar, puis un peu plus tard dans les années 1980 de l’Américain Stéphane Arroyo, l’astrologie a intégré certains éléments des philosophies indiennes à sa pratique. Elle s’est principalement intéressée aux vies antérieures et à l’axe des nœuds qui indiqueraient plus ou moins clairement les conditionnements passés ;  Arroyo  a fini par admettre que le thème tout entier parlait du passé et uniquement de lui ; vasanas et samskâras y sont inscrits ; depuis, les choses ont continué à se décanter, et de nombreux astrologues étudient à présent la carte du ciel comme un instantané, celui de l’individu au moment de sa naissance,  qui montre ce dont il hérite de ses vies passées (dans l’optique que ce soit bien toujours le même individu qui revienne de vie en vie avec un nouveau corps. Ce qui, suivant les écoles, est loin d’être une certitude. Mais c’est une autre histoire pour un autre article.)

Il est assez facile de faire l’étude d’un thème, d’expliquer le fonctionnement de ce que Jung appellerait la psyché et les Indiens le mental, (qui englobe les fonctions cérébrales mais aussi toutes les mémoires de l'individu), une fois que la personne a compris ses fonctionnements, comment l’aider à les transformer ? L’envoyer voir un psychologue ou psychanalyste ?  A noter d'ailleurs que Jung a survolé, en bon occidental qu'il était, la philosophie indienne et en a fait une soupe assez indigeste et superficielle.  Si on l'étudie à la lumière de la philosophie indienne, on comprend ses concepts d'animus-anima, psyché, persona, etc, mais malgré tout, la psychanalyse montre malheureusement bien souvent ses limites ; se connaître n’est pas le gage de pouvoir réellement se transformer ; faire remonter les anciens schémas n’en libèrent pas l’individu pour autant. Ni en les revivant, ni par la parole, n'en déplaise à Lacan. Les mots ne détruisent pas les maux, ce serait trop simple… Ils sont toujours là, encore plus apparents, lumineux dans leurs fonctionnements,  et c’est tout. Comprendre ne donne pas une baguette magique pour faire disparaître. D’aucuns diront « pourquoi se transformer ?  Il n’y a qu’à être ! » Oui, à condition que cela soit possible.

 

Mais pour «  être », encore faut-il parvenir à aider l’individu à se débarrasser de certains schémas qui le  ligotent complètement malgré lui; encore faut-il parvenir à l’aider à dépasser ces schémas qui se répètent inlassablement, véritables circuits démons, nullement effrayés ou impressionnés de la connaissance que l’on d’eux. Au contraire, ils en ricanent : «  Tu nous connais, mais tu ne peux rien faire, nous dominons ton mental, haha ! Nous te menons là où nous voulons ! Et tu n’y peux rien. » Si vous doutez de ce que j’écris, pensez aux tragédies grecques.  Les circuits démons sont les dieux de l’Olympe tout simplement, et l’individu n’a pas de vraie liberté d’action. Il se croit l’auteur de ses actions, mais les dieux le dirigent. On en revient à nos circuits démons.

 

Et c'est là que peut intervenir le yoga  : une pratique régulière, profonde, qui utilise largement les mudras, le pranayama et les différentes techniques de concentration, permet de retirer les couches les unes après les autres, et ce long processus fait peu à peu émerger la  véritable nature ; un peu comme un acteur qui dans sa loge, retire ses costumes et réalise, lorsqu’il est démaquillé et tout nu, qu’il n’est pas le personnage qu’il interprétait sur scène une heure avant ; il n’est que « lui ». Mais malgré cela, certaines choses peuvent rester à l’œuvre, comme des problématiques difficiles à résoudre et que le yoga nomme " granthis" : ce sont un peu des échangeurs d'autoroute, mais devenus fous, qui ne permettent au final aucune sortie, qui n'échangent avec aucune route, tournent en rond et rendent fou. A cela s'ajoutent les samskâras dont parlent les philosophies indiennes. 

 

On lit très facilement dans un thème astrologique les schémas qui conditionnent un individu  aussi bien en positif – l’énergie circule facilement, tel domaine sera source de joie ou de satisfaction, - qu’en «  négatif » : l’énergie va se bloquer et provoquer des conflits.

 

Bien sûr, le but du yoga n'est pas de faire émerger l'individu dans sa pureté, mais plutôt de le fondre au TOUT, au soi. C'est moksha. Point.

Mais peu réalisent moksha et il peut être utile pour traverser une vie d'avoir des outils pour dépasser, désancrer, couper à la racine ses vieux schémas. Les neutraliser. Complètement. Le yoga thérapeutique est sans aucun doute l'outil le plus approprié pour cela, car il permet  dans une mesure extrêmement large de travailler concrètement et directement sur cet héritage malgré soi, qui inclut l’héritage des vies antérieures – que ce soit la même «  âme » ou bien  une qui vient se placer dans une lignée ; cet héritage peut s’exprimer à travers des savoirs innés, des tendances innées, un héritage sur le plan génétique comme je l’expliquais plus haut, mais aussi toute une part d’ombre à l’œuvre qui est comme le tour que le potier lance et qui continue à tourner même lorsqu’il ne l’actionne plus : ainsi vont nos vies. Ainsi, le yoga thérapeutique peut-être une aide précieuse dans le cas de thèmes astrologiques qui ligotent complètement un individu. Bien sûr, cela sous-entend plusieurs choses : une connaissance profonde de l'astrologie et une autre tout aussi profonde du yoga. Il faut aussi être prêt à pratiquer régulièrement. Mais les résultats sont là.

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2021 5 09 /07 /juillet /2021 11:14

 

1) Pour qui ?

 

 

Ces douze leçons proposent une formation complète de yoga, accessible à tous.

 Un livret d'accompagnement apporte avec chaque leçon des informations détaillées, précises, des explications, des fiches pratiques pour composer ses propres séances suivant ses besoins : stress, sommeil, fatigue, problèmes ostéo-articulaires, etc.

 J'ai veillé avec un soin infini à l'élaboration de ces leçons : bien que les leçons soient douces et progressives, l'esprit du yoga est respecté. Ce n'est ni de la gym douce, ni du Pilate. C'est bien du yoga, avec un travail sur les mudras, différents pranayamas, différentes concentrations. Plus d'une centaine de techniques permettent une pratique riche, variée,  pour que chacun puisse ensuite  composer ses propres séances.

 Coaching, suivi personnalisé : à tout moment, vous pouvez me solliciter pour des conseils et un suivi personnalisé. Forte de 15 années d'enseignement du yoga, je peux guider chacun suivant ses besoins.

2) Son prix

Les 2 premières leçons (4 CD, 4 DVD + livret de 15 pages) sont à un prix découverte :

80 € envoi en colissimo  ou 60 € version téléchargeable.

Chaque leçon suivante : 43 € (colissimo)  OU 35 € (téléchargement)  

Coût total de la formation: 510 € ou 410 €

 

Programme complet  et plus d'infos ICI

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2021 5 02 /07 /juillet /2021 08:43

 

 

Description de la posture

Sur le plan de la structure énergétique, qui est toujours le point de départ du hatha-yoga, cette posture stimule surtout les cakras de la base et du pubis, mais également tous les autres cakras, et ceux que l'on appelle les points du feu, composées des adharas des gros orteils, du cakra de la base, de manipura, de vishuddi, des yeux eux-mêmes.

Elle permet également de faire un travail de purification des canaux lunaires et solaires que sont Ida et Pingala, soit dans le but d'entretenir ces canaux, soit pour préparer sushumna; on peut donc faire suivre la demi-sauterelle de la sauterelle si c'est dans cette visée.

 Energétiquement, on peut donc dire que la  posture apporte énormément de stabilité dans les canaux d'énergie,  stimule les cakras et les points du feu et participe donc de l'homéostasie personnelle.
 

 

Faire la Posture

1) On s’allonge, on serre les fesses, on pose les mains à plats,  poignets à peu près au niveau de la taille, les doigts dirigés vers les pieds. Le menton  est appuyé, la gorge ouverte, on fixe un point devant. les yeux ouverts. .On peut aussi avoir les avant bras repliés, à vous de voir, mais la plus efficace est la première version. On va lever une jambe, puis l'autre, sans décoller ni le menton, ni les mains à plat. On peut faire la posture sans bouger, en maintenant une jambe en l'air, ou bien lever une jambe puis l'autre.

Pour la version statique : on fait ses souffle les uns après les autres avec le rythme 1 4 2. Plusieurs souffles sur la même jambe. La jambe arrière est peu levée. C'est la version la plus puissante et qui laisse des empreintes durables.

La version dynamique : On inspire, puis rétention à pleins. La jambe arrière levée au maximum

Le trajet du souffle  : on inspire  à  gauche en partant du gros orteil et jusqu'à Ajna, en suivant le trajet de ida en serpentin si on peut  ; si c’est trop dur, on visualise  les canaux latéraux tout droits, mais en serpentin, c’est mieux. À l’expir sans bouger la jambe, trajet  est  inverse. Puis à droite : même chose

Si l"on choisit la version dynamique, ce sera la même chose sauf qu'on repose la jambe sur l'expiration et qu'on lève l'autre sur l'inspiration suivante. Il faut faire au moins cinq fois chaque jambe.

Mantra :    On associe les mantras des canaux, c'est à dire Iam  à gauche et pendant la rétention et ram à droite et pendant la rétention.  

On sent vite un état d’équilibre et de puissance

Physiologiquement, voici les bienfaits de la demi-sauterelle

  • Elle stimule toute région abdo-endominale.
  • Elle peut aider en cas de constipation
  • Elle débloque le souffle surtout au niveau du diaphragme et du plexus, donc elle apaise beaucoup.
  • Elle peut améliorer les petits problèmes cardiaques
  • Elle apaise les nerveux, les hypertendus
  • Elle a une excellent influence pour les yeux aussi, car elle entretient la jeunesse oculaire

Ci dessous, explications en vidéos.

Partager cet article
Repost0
28 juin 2021 1 28 /06 /juin /2021 09:56

  Non, ce n’est pas une technique de bien-être !

 

 

Le but du yoga n'est pas de  devenir souple, d'être moins stressé, et de vivre dans la conscience de l’instant présent ! Non, non, et non !! Il n’est pas là pour être en bonne santé, pour mieux respirer, et ne sert pas au développement personnel !

Toutes ces définitions, tous ces cours de yoga qui reposent sur ces principes sont des visions déviées du yoga, propres à kali yuga, l’âge sombre dans lequel vit l’actuelle société.  Mais son but d’origine est bien loin de tout cela.

Explication en quatre points !

 

Préambule : Vous avez dit yoga(s) ????

 

Il n’y a pas un yoga, mais des yogas, dont tous les buts sont les mêmes. Déjà comprendre cela, permet de faire un immense pas en avant dans cette philosophie indienne, ou plutôt dans cette méta-physique indienne.

Malgré la pluralité de méthodes et de techniques différentes, il n’existe pourtant qu’un yoga, car son but est le même malgré les méthodes si diverses et en apparence, si contradictoires ! C’est ce que je rappelle souvent à mes élèves ; dans telle école, on fait comme cela, mais si vous faites comme ceci, vous serez dans la façon de faire de telle autre école ; le but recherché étant de toute façon le même, faites donc ce qui vous convient, l’important étant d’être tout  à fait lucide sur votre choix ;  car c’est bien cela l’essentiel, être lucide et non pas d’être de telle ou telle ou telle école.

1) Mais alors, c’est quoi le yoga ?

 

Dès les textes en prose du Veda, est yoga tout effort méthodique qui vise l’union de l’être individuel. (Jivatman) avec le principe suprême (paramatman). Dans ces textes, yoga désigne aussi bien le but que les moyens pour parvenir à ce but.

 

Effort, union : voilà le yoga, chercher à s’unir au  tout et cela dans un effort constant. Le yoga vise   la délivrance, celle de la transmigration des âmes, pour utiliser un langage simple, car c’est le corps subtil qui semble transmigrer, et pas l’âme, concept romantique  qui n’existe pas dans la métaphysique indienne.    

 

Les ascètes

 

Le premier yoga dont on a gardé des traces (Vedas, mahabharata)  est un yoga ascétique qui utilise les tapas, pratiques redoutables qui mortifient le corps afin de réaliser cette union. Bouddha en tâte un instant, puis l’abandonne, car il constate que l’ascèse le conduira directement à la mort et non à l’éveil qu’il trouvera grâce au jnana yoga dont je parlerai plus loin. La bhagavad gita condamne  d’ailleurs cette forme de yoga, car beaucoup le pratiquent dans le but d’acquérir des siddhis, des pouvoirs, et non dans le but de la délivrance.

Le yoga de Patanjali

 Patanjali vient ensuite et cherche à réaliser une synthèse entre ce yoga ascétique et les autres formes héritées du Bouddha et des Jaïns. Il met en forme son yoga en huit étapes et n’écarte pas les tapas, car  « le tapas, produit la destruction des impuretés;on obtient la perfection du corps et des facultés" (yoga sutra II, 43) 

Son yoga repose sur huit paliers – en sanskrit, astha, huit - dont les deux premiers sont les yamas et les niyamas, astreintes pour la vie extérieure et permission ou obligation pour la vie intérieure, pour faire simple. Ce yoga pose donc un cadre éthique, avec des notions de bien et de mal. Il présente de grandes affinités avec le Samkhya qui est une sorte d’inventaire analytique des principes qui composent l’univers et qu’on nomme tattva. Comme pour le bouddhisme, il constate en en point de départ que «  tout est douleur, tout est éphémère ».  Parmi les 25 tattvas  du samkhya, les deux premiers donnent la philosophie de l’ensemble :

 1) Purusa ; dans les Upanisad, c’est le Soi universel sans attribut ni qualité - ni ceci, ni cela – qui s’oppose à Prakritti, mais ne peut s’appréhender lui-même d’aucune façon. C'est donc

2) Prakriti qui possèdant trois qualités, lui permet de se manifester. Quand Prakriti se repose dans son indifférenciation primordiale, les trois gunas demeurent dans un équilibre parfait. Mais au début d’une nouvelle période cosmique, sattva monte, tamas descend et rajas s’étend horizontalement

A ce stade, le yoga consiste généralement à surmonter  la torpeur (tamas) au moyen de rajas, puis à  épurer, transmuter ce dernier en sattva. La posture (asana)  permet en y restant parfois des heures, de faire  du  prana-yama, c'est-à-dire à faire circuler le prana dans les corps énergétique, mental, physique afin de les purifier et de les harmoniser. Ce travail de prana-yama sera poussé à son maximum dans les écoles de yoga tantriques, avec les grands mudras. Lorsque le prana prend le relai, le pratiquant se déconnecte de ses sens et sa pensée se concentre en un point.

Et oui : déconnecté de ses sens, et non pas se concentrer dessus en «  pleine conscience » comme préconisé dans certains cours de «  bien-être » qui utilise le yoga à ces seules fins ! Peut venir ensuite  Samadhi, intraduisible en français:  le mental s’est résorbé en lui-même,  le vide s’est ouvert. Le yoga de Patanjali est un yoga de renonçant, un yoga d’ascète et non un yoga pour ceux qui vivent dans le monde.

 

2) Et les autres yogas, ils font du bien ?

Non, toujours pas! Ce sont toujours des voies pour obtenir la délivrance. Ces yogas n’utilisent ni le pranayama, ni la posture. Il s’agit du :

1) karma yoga (action désintéressée) 2) bhakti yoga (dévotion aimante), 3) jnana yoga (connaissance métaphysique), dont parle la bhagavad gita, chant du seigneur bienheureux,  texte appartenant à la tradition de la Sruti, et qu’on trouve dans le Mahabaratha. Je développerai ces yogas dans d’autres articles, pour ne pas rendre cet article illisible !

3)  Les courants tantriques : et Shiva, il fait du yoga ?

 

Quant au yoga shivaïte, et notamment celui du kashmir, il comporte plusieurs courants, dont quatre principaux, qui s’entremêlent plus ou moins entre eux. Résumons-les ici :

1) Ecole Spanda ou Trika : (illuminé par le génie d’Abhinavagupta) dans laquelle on parle   des trois voies : individu, énergie, Shiva et qui s’épanouit au 11ème siècle. L’un de ses textes  principaux est le vijnana Bhairava tantra

2) Ecole Kula : elle remonterait au 5ème siècle et serait néé en dans le sud de l’Inde avant de s’épanouir dans au Kasmir vers le 9ème siècle.  Il repose sur l’union des contraires, comme la souffrance et la jouissance qui sont toutes deux une forme d’expression intense de l’énergie.

3) Courant krama  qui met  au cœur de sa philosophie l’enseignement par la Shakti, autrement dit, par le pouvoir créateur actif de la conscience.

4) Ecole de Somananda qui préconise de reconnaître spontanément Shiva comme le vrai Je ; c’est l’intuition qui le permet, et non des pratiques ascétiques ou des spéculations intellectuelles. On se rapproche du jnana yoga.

 

 

Vous avez dit Kundalini yoga ?

 

Tous ces courants se retrouvent à des degrés variables   dans les écoles de yoga tantriques qui repose sur le principe que

Paramashiva est composé par l’union de deux principes : conscience (shiva) et énergie (shakti). Ces deux principes n’en sont  métaphysiquement qu’un seul,   éternel et insécable, sauf lorsque l’univers apparaît ; alors shakti déploie et réactualise sans cesse tout ce que contient la conscience. Le yoga associé repose sur la connaissance de la structure énergétique composée de nadis (dont les deux principaux véhiculent la dualité), de cakra, et de kundalini elle-même, enroulé trois fois et demi dans le cakra de la base autour du linga.

Kundalini n'est autre que Shakti à l'échelle de microcosme qu'est l'individu.

 

4 ) Et c’est quoi le hatha yoga ? C’est pas le yoga de la lune et du soleil ?  Il fait du bien celui là, non?

 

Le hatha-yoga  est l’outil des tantriques pour éveiller kundalini  ( donc ceux qui disent faire du kundalini yoga font du hatha yoga, mais beaucoup ne le savent même pas, tant c’est la pagaille aujourd’hui dans l’emprunt des différents termes de la métaphysique indienne !) et l’unir à la conscience ; pour se faire, ce yoga utilise des asanas point de départ pour faire monter l’énergie ; on oublie ensuite le corps physique  pour travailler directement sur l’énergie grâce au  mudras et au pranayama. Quand tout disparaît, corps, souffle, etc, c’est la méditation. L’habileté du yogi consiste ensuite grâce à ce travail à éveiller kundalini, à la faire monter de centre en centre, pour l’unir à la conscience.

Tout ce panel de techniques se fait dans un cadre très précis, associées à des mantras, des visualisations, des souffles.

 

Alors, le yoga, technique de bien-être ???? Je transmets moi-même du hatha-yoga, issu des écoles tantriques du nord-est de l’Inde. Je développerai tout cela dans d’autres articles.

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2021 7 23 /05 /mai /2021 12:43
Nouvelle formation de yoga nidra. Centre de formation Art et Yoga

    J'ai commencé le yoga en 1985, avant d'entamer une formation longue dont je suis sortie diplômée en yoga nidra et hatha yoga.  J'ai également suivi une formation en yoga thérapeutique et en sanskrit.

   Dans un premier temps, j'ai proposé une formation de yoga nidra fidèle à celle de la FFEY, mais je n'en étais pas vraiment satisfaite, elle me semblait imparfaite et incomplète quant aux  techniques de yoga nidra; j'ai donc, trois années durant, et dans le respect de cette forme de yoga,  complété cette formation en l'enrichissant considérablement de  mes connaissances et de techniques inspirées par les textes traditionnels. C'est cette nouvelle version que je vous propose  aujourd'hui.

      Vous trouverez le programme complet à ce lien ainsi que tous les renseignements sur cette formation à cette page.

Au plaisir de vous accueillir, peut-être, dans cette formation!

Partager cet article
Repost0
29 avril 2021 4 29 /04 /avril /2021 14:23

Contrairement à l’idée reçue, Surya-namaskar n’est pas du yoga. Non seulement, cette pratique n’apparaît dans aucun texte traditionnel (hatha yoga pradipika, shiva samhita, sat cakra nirupana et bien d’autres) mais voilà trois autres raisons dont l’une seule suffirait à cette affirmation.

1) Immobilité

2) Tenue de souffle

3) Tenir une posture plusieurs minutes voir 23 minutes soit un gathika  sont les constantes pour pratiquer les asanas et autres techniques de yoga. Or dans la salutation du soleil, on enchaîne 12 postures sans en tenir aucune. Les trois règles sont donc bafouées toutes les trois. Sans oublier que la plupart du temps, les pratiquants ne mettent ni mulabandha, ni kechari mudra, les grands verrous du yoga;

Personnellement, si j’ai toujours détesté cette espèce de gymnastique dans le cadre d’une pratique de yoga, en revanche, quand je danse  et que je n’ai pas trop de temps pour l’échauffement, cette pratique est parfaite pour déverrouiller le corps et faire monter les pulsations cardiaques.

Il y a mille façons de pratiquer cet enchainement de postures. Il  est devenu si populaire chez les Sivananda, Bikram, Iyengar, Jois et consoeurs qui proposent un yoga résolument 20ème siècle, ( enfin 21ème siècle) débarrassé de toute philosophie et autre, dans la célébration seule du corps physique, que chacun est persuadé faire du yoga en pratiquant surya namaskar ! Ah le corps physique ! Son culte ! Et la jeunesse ! Et de belles images sur internet !  Le tout saupoudré d’un petit discours sur le soleil  qui promet d’incroyables bienfaits.

Sur le plan historique,  cet enchainement est apparu seulement au 18ème Siècle comme une gymnastique bénéfique (et pas comme du yoga) pour faire circuler l’énergie dans le corps physique.

Il est certain que selon la façon dont on pratique cette salutation, les bienfaits pour le corps physique sont réels.   Si on pratique le yoga, et qu’on manque de temps à certaines périodes de l’année, faire la salutation pour consacrer le peu de temps qui reste pour un mudra, un pranayama et une concentration est une bonne solution de secours. La salutation étire le corps d’avant en arrière, déverrouille les jambes, la colonne vertébrale, et comme je le disais, fait monter les pulsations cardiaques. C’est également un bon préambule à toute forme d’activité physique.

 J’ai d’ailleurs  moi-même récupéré plusieurs asanas de yoga que j’enchaine en guise d’échauffement de danse ; la seule différence d’avec Bikram, c’est que je n’appelle pas cela du yoga, mais un "échauffement". Ce qu’est la salutation : un bon échauffement, une bonne préparation ;  si on s’amuse à enchainer celle-ci sur des rétentions de souffle à plein ou à vide, la préparation, comme je le disais, remplacera ponctuellement les asanas de yoga. Mais il ne faut pas lui demander plus qu’elle ne peut offrir : pas de travail sur la structure énergétique, pas de purification des nadis, ou des cakras, mais une «  routine » intéressante si on vise juste le confort physique ou un dépannage de deux ou trois jours!

J’ai mis en ligne une version guidée simplifiée que vous avez en lien ci-dessus; je mettrai d’autres vidéos avec d’autres façons de pratiquer cette salutation. Je vous encourage à créer votre propre salutation, à la faire de telle sorte que vous sentez que le corps gagne en confort, en fluidité, en énergie, en force ! On peut tout pratiquer, le tout est de savoir ce que l'on fait, pourquoi, et ce qu'il en est réellement. La salutation n'est pas du yoga, mais cela ne lui retire en rien ses bienfaits.

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2021 6 10 /04 /avril /2021 07:57

Je réunis sur ce blog les courtes séances de yoga et yoga nidra que j'ai mises en ligne au fil du temps.

Voici aujourd'hui trois mini séances de yoga qui s'adressent à tous. N'hésitez pas si vous avez des questions à me contacter!

D'autres séances seront rassemblées dans un prochain article!

Je vous souhaite une belle pratique!

Et pour plus d'info : http://www.art-et-yoga.fr

 

 

 

Composé d'un étirement debout, puis du demi-pont, pour dynamiser l'énergie, suivi d'un travail de souffle avec le chat, qui va redonner de l'amplitude au souffle et masser la colonne, et qui finit par une concentration sur une flamme : très apaisant! Bonne pratique!

Cette deuxième séance de yoga guidé comporte : l'étirement du roseau, la grenouille sur le ventre, l'angle renversé, concentration sur le souffle. Elle permet d'étirer le corps, de débloquer le souffle, d'apaiser le mental tout en détendant le bassin, de créer un lien profond avec l'intériorité.

Souffle du forgeron bhastrika, Postures : le balancier, le sphinx, la tête de vache, Mudra : hasta drishti, Souffle : kapalabathi, Concentration : écoute du son intérieur.

Partager cet article
Repost0