Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Art Et Yoga

  • : Articles sur le Hatha yoga et les formations proposées.
  • : Pratique les techniques du yoga, issues des écoles tantriques, complémentaire du site : www.art-et-yoga.fr
  • Contact

  • artetyoga
  • professeur de yoga et  yoga nidra
musicienne et danseuse
  • professeur de yoga et yoga nidra musicienne et danseuse

Accueil

Bienvenue sur Art et yoga, blog de Valérie Beck,  complémentaire  du site www.art-et-yoga.fr. Vous trouverez dans ces pages de quoi organiser vos séances, découvrir des techniques de yoga, trouver des renseignements sur nos cours par correspondance, et de nombreux autres articles. Diplômée en yoga, yoga nidra, yoga thérapeutique, je suis des études de sanskrit. Pourquoi art et yoga? Parce qu'en parallèle je suis musicienne et danseuse. En Inde, les arts et le yoga permettent d'atteindre Moksha, but ultime de l'art et du yoga!

 

 

Recherche

   

 

1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 09:20

Aujourd'hui, je vous propose en vidéo quatre petits exercices assez faciles pour s'assouplir ( jambes et dos)  qui donnent d'excellents résultats si peu qu'on les fasse régulièrement sur 2-3 minutes.

 

J'en proposerai d'autres par la suite ainsi qu'une vidéo de guidance.

 

Je ne suis pas née souple, et si j'ai le malheur de cesser mon entrainement quelques jours, j'ai à nouveau le dos tout raide. Ces exercices m'aident à déverrouiller la colonne rapidement, à défaire les tensions, et à allonger les muscles de l'arrière des jambes, les fameux ischio-jambiers, qui, s'ils sont raides, empêchent toute flexion vers l'avant.

 

 

Les exercices proposés aujourd'hui  assouplissent tout en faisant circuler l'énergie dans l'axe, en déverrouillant les épaules.

 

  • Exercice n° 1 : Déjà, bien s'étirer dans différentes directions ( vers le haut, les côtés, et légèrement en arrière si vous le sentez ainsi, en veillant à ne pas contracter les épaules, bien serrer les fesses et contracter ses abdos.)
  • Exercice n° 2 : Fléchir  les genoux, et faire des balancés pour relâcher les tensions; excellent massage du bas du dos en prime!
  • Exercice n°3 : Enrouler et dérouler le dos qui est protégé par les genoux fléchis,  sans forcer,  puis alternativement tendre et fléchir les genoux en laissant faire le poids du corps et en se visualisant très souple. Bien relâcher la tête, les épaules, et respirer!
  • Exercice n° 4 : Saisir ses coudes et tout en allongeant le souffle dans l'axe, laisser le temps faire son travail. On peut faire des balancés pour dénouer, pour relâcher davantage toutes les tensions.

A faire par exemple un jour sur deux sur quelques minutes avant une pratique de sport, de danse, de yoga!

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2022 5 25 /03 /mars /2022 12:28

L’un des grands objectifs du yoga est d’immobiliser le corps afin que le mental et le souffle s’unissent et qu'une autre dimension surgisse. Ainsi, les gestes des mains appelés Mudra aident à trouver cette unité car les mains sont la terminaison  du mental.  Les immobiliser permet  au mental de faire de même. Si le mental se pose, le souffle qui réactualise sans cesse les contenus du mental, se pose et le mental s'apaise.

Mudra qui signifie joindre, sceller est un terme utilisé pour désigner non seulement les gestes des mains mais toutes les techniques dans lesquels on cherche une unité complète. Les grands mudras opèrent des processus de transformation profonde quand ils sont fait longtemps et régulièrement.

Voici donc présenté succinctement quelques mudra simples mais amplement suffisants pour une pratique de yoga. 

Les Mudras :

  • Jnana mudra : le geste de la sagesse  (jnana : connaissance en sanskrit). Pouce et index sont joints, les autres doigts tendus, soit serrés soit ouvert. Geste utilisé pour la méditation, la concentration, et certaines  postures debout comme l’arbre
  • Chin mudra : même geste mais les mains sont posées à plat. A noter que le terme exact est Chit-mudra ( conscience- geste) mais que par le jeu du sandhi le T devant le M devient N d’où chin mudra.
  • Ganesh mudra : le poing est fermé le pouce replié par dessus. Ganesh réside dans le premier cakra, et assure la stabilité.
  • Anjali mudra : les deux paumes sont face à face, comme en prière. Ce geste utilisé pour être mis en relation avec le cakra du cœur
  • Linga mudra : index, majeur, annulaire des deux mains sont joints et  forment un linga qui repose  contre svadistha. Le linga symbolise la conscience de Shiva.

 

 

En danse indienne, les mudras désignent toute une gestuelle que la danseuse prend en dansant. Les deux dernières phalanges sont peintes en rouge  (Shakti) et bien que la danseuse soit en mouvement, ces mudras scellent le regard du spectateur.

 

D'autres articles à venir pour détailler tout cela.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2022 7 20 /03 /mars /2022 09:56

 

Aujourd'hui, la posture de la tortue, présentée rapidement ( la fiche complète est ici) puis guidée pour un niveau débutant.

Cette posture est idéale pour   se préparer au pratyahara, qui représente la dissolution dans l'univers. Mais avant même cette étape ultime, cette posture aide :

  • à mieux réaliser son chemin de vie,
  • à lever des peurs et des angoisses, dont celle de la mort.
  • Elle est idéale avant un pranayama, ou une technique de concentration, de méditation.
  • C'est une technique du soir, si on a des problèmes d'insomnie

 

Bienfaits physiques :  

 

  • Met l’individu dans le calme, le recul
  • Soigne le plancher pelvien
  • Meilleure digestion
  • Très régulatrice du sommeil et de la peur de la mort
  • Permet du coup de garder l’état de conscience dans le sommeil si on la pratique beaucoup
  • Assure une longue vie

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2022 5 18 /03 /mars /2022 10:17

Aujourd'hui, faisons ensemble hasta drishti sur 5 minutes! Un excellent moyen d'harmoniser les énergies de feu, de défatiguer les yeux, de rebooster le moral !

-----------------

Hasta:  mains Drishti : fixation du regard. Cela veut donc dire “ concentration du regard sur les mains”

Hasta Drishti est une fixation oculaire sur les bras,  avec un souffle libre  qui fait travailler les yeux en relation avec  le  souffle en stimulant ce que l’on appelle les points du feu qu’elle harmonise. Cela crée un impact réel sur le mental car les processus du mental ordinaire sont entretenus par le feu, lui-même géré par le cakra Manipura qui préside à de très nombreuses taches et fonction, et est en lien avec le vayu samana ( nous verrons tout cela un autre jour !)

 En résumé, ce mudra (geste) permet :

  1. De pacifier le mental
  2. Permet la montée de l’urdva retas ( qu’on expliquera en détail dans un autre article)
  3. De réguler les processus mentaux.
  4. D’entretenir la jeunesse oculaire.

Il faut faire ce geste en étant à la fois très actif, très concentré et très détendu. La technique vous est proposée aujourd’hui en version guidée, sur cinq minutes. C’est un bon début pour commencer. Vous pouvez en plus si vous le souhaitez entendre mentalement le mantra So Ham.

Cette  technique  puissante  qui n’a l’air de rien est pourtant hyper puissante  pour lever les énergies du feu propre à ces écoles de yoga si on la fait tous les jours sur plus de 15 minutes.

Pour aller plus loin : la  fiche de la technique complète est  ICI  en lien sur ce blog

Partager cet article
Repost0
13 mars 2022 7 13 /03 /mars /2022 13:40

Maintenant que j'ai terminé de ré-enregistrer entièrement les deux formations de nidra et de yoga mises en place en 2012 mais dont la qualité sonore me laissait insatisfaite, je peux enfin me consacrer à ma chaîne youtube! Car j'adore transmettre! J'ai bien réfléchi à transmettre un yoga accessible sans en trahir l'esprit, sans tomber dans " l'air du temps" qui fait que souvent, de yoga, il n'y en a que le nom dans une grande partie de ce qui est proposé actuellement.

Yog'astuce, ce sont des tutos rigolos et courts pour mieux comprendre, réaliser une technique de yoga. Yog'actif, ce sont des petites vidéos dans lesquelles je réalise une technique niveau débutant comme si j'étais avec vous. Toutes les deux seront parfaites pour vous coacher, vous amener peu à peu à une vraie pratique de yoga.

N'hésitez pas, s'il y a des techniques ou des questions sur lesquelles vous aimeriez que soient réalisées ces vidéos, à me le demander!

A bientôt!

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2022 7 06 /03 /mars /2022 10:04

Ces trois exercices, tout bêtes, font un bien fou pour détendre et étirer les muscles du bassin (principalement les muscles fessiers et les obliques au niveau de la taille) et étirer le dos dans trois directions,  ce qui peut être une excellente préparation à une séance de danse ou de yoga. Personnellement, je commence à présent toujours ma pratique quotidienne de danse par ces exercices et je termine par eux. Associés à d'autres exercices que je vous présenterai plus tard, qui étirent les psoas par exemple,  ils évitent les douleurs dans le bas du dos notamment.

Comme toujours, les exercices au sol, faits associés à la respiration, évitent les blessures et échauffent en douceur.

Par ailleurs, pour tous ceux qui pratiquent la méditation et restent en assise longtemps, ils sont un complément idéal pour gagner en aisance dans ces longues assises qui durent parfois près d'une heure ( pranayama+ méditation par exemple)

Partager cet article
Repost0
2 mars 2022 3 02 /03 /mars /2022 10:49

Marjaria : le chat  Asana : la posture. C’est donc la posture du chat qu’on appelle aussi les étirements du chat

 

C’est avant tout une posture dédié au corps qui permet un:

  1. Merveilleux étirement de tout le dos, des jambes, des épaules,
  2. Dévérouille  les omoplates,
  3. Permet de faire un travail d'allongement du souffle afin d'éveiller le souffle énergétique ( prana).
  4. Excellente  pour tous le système ostéo-articulaire,
  5. Masse les organes internes,
  6. Entretien la jeunesse oculaire
  7. Excellente pour le système endocrinien
  8. Prépare bien à une séance de yoga.
  9. C'est une des rares postures à assouplir le cou, la nuque, les dorsales, les trapèzes. 
  10. Dynamise.
  11. Agit beaucoup sur le chakra du cœur et de la gorge en la libérant de tous ses poids sans cesse et tout au long du jour, accumulé dans ce cakra ce qui finit par produire des effets négatifs tant sur le plan psychique  que physiologique.

Elle permet également de se mettre en recul donc elle calme, elle apaise, elle est très bien pour les personnes nerveuses.

Faire la posture :

Se met à quatre pattes, les orteils rentrés, tout est aligné : mains, genoux, pieds. Bras et cuisses perpendiculaires au sol. On fixe un point entre les mains qu’on ne quittera jamais, on installe Mulabandha, et Jivabandha (langue sur les dents du haut). On peut soit rapprocher les mains des genoux ( vidéos du jour) soit les éloigner.

Souffle   :  On commence par allonger le  souffle dans l’axe 1 temps d’inspir et 2 temps d’expir, puis on introduit des rétentions de souffle; c'est là que l'énergie devient la plus active.

visualisation :

  • soit dans l’axe, pour l’allongement
  • soit dans le cœur  pour le rythme 1 4 2

Mantra : So Ham, ou OM tout du long

Déroulement : à partir de la posture de départ, on  va tendre bien les jambes et les bras, et on se repousse le plus loin possible en enfonçant les talons dans le sol. On reste dans une position parfaitement statique (3 souffles minimum au début pour rôder). Le regard va rester fixé sur le point.

Je recommande de faire au début deux fois de suite cette pratique sur un temps court pour déverrouiller les muscles, la seconde fois le corps sera plus à l’aise

Puis on revient dans la position initiale.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 10:41

 

Je vous propose en lecture résumée le livre de Mookerjee/Khanna sur la voie du tantra. Si vous souhaitez le lire en entier, vous le trouverez en édition de poche, dans la collection Sagesse édité chez Point. Je l'avais publié en deux articles séparés il y a 8 ans, en un seul article la lecture en est bien plus aisé.

 

Cet ouvrage n'a pas la profondeur de ceux de Lilian Silburn, qui distille dans ses ouvrages non seulement sa connaissance profonde du tantrisme mais laisse filtrer à travers ses mots  son expérience d'initiée, même si à aucun moment, elle ne le dit de façon nette et franche. Ses mots sont vivants parce que sa pratique est réelle ainsi que son éveil. Il en est tout autrement de cet ouvrage qui n'a pas les belles qualités spirituelles ci dessus citées.

Il n'en reste pas moins un ouvrage intéressant à lire, ne serait-ce que pour voir les choses d'un autre point de vue, celui-ci n'entrant pas en contradiction avec les autres ouvrages de cette tradition, mais présentant les choses de façon plus " sèche".

 

 

  la voie du tantra

Introduction

ardhanarishvara-siva-statue.jpg

 

 

Définition simplifiée :

Le tantra est un mystère créateur qui nous conduit à transmuter sans cesse davantage nos actions en conscience intérieure : non pas en arrêtant d’agir mais en transformant nos actes en évolution créatrice. Le tantra présente une synthèse de l’esprit et de la matière qui permet à l’être humain de réaliser pleinement ses potentialités spirituelles et matérielles. Le renoncement, le détachement et l’ascétisme par quoi l’individu peut se libérer des servitudes de l’existence et retrouver son identité originelle avec la source de l’univers ne sont pas la voie du tantra. En fait celui-ci adopte l’attitude opposée : non pas un retrait de la vie, mais l’acceptation la plus entière possible de nos désirs, de nos sentiments, et des situations que nous rencontrons en tant qu’êtres humains.

 

Dates

Il est très difficile de dater l’apparition des principes et des pratiques tantriques. On rencontre des symboles du rituel tantrique dans la culture d’Harappa (civilisation de la vallée de l’Indus, troisième millénaire avant notre ère) sous la forme de représentations de postures de yoga et d’objets liés au culte de la Mère et de la fertilité. Il y a une affinité entre les tantras et les védas et des influences mutuelles des uns sur les autres au deuxième millénaire. Puis une évolution tout au long de notre ère avec des influences multiples, (upanishad et autres)

Textes

Des textes ont commencé à être rédigés à l’époque gupta (4ème – 6ème  siècle) et d’autres ont été rassemblés entre le 7ème et le 12ème siècle de notre ère notamment des textes shaiva du Cachemire datant du 9ème et du 10ème siècle. Mais comme écrit plus haut, la pratique existait depuis plusieurs bien plus longtemps (jusqu’à 3 millénaires avant JC). Puis il y eut  des textes plus tardifs (du 15ème  jusqu’au 19ème siècle) Donc beaucoup de traces diffuses et éparses – le tout très difficile à dater. Les tantras sont nommés Agama, Nigama, Yamalas, etc. suivant le mode de présentation choisi.

Sectes :

Plusieurs sectes tantriques  en fonction de la divinité et du rituel. On peut citer :

  1. Saivas : adorateurs de Siva
  2. Vaishnavas : adorateur de Vishnou
  3. Saktas : adorateur de sakti

Ce sont des groupes majeurs qui se divisent eux-mêmes en sous groupes.

Les régions les plus concernées : Assam, Bengale, Orissa, Maharastra, cachemire, contreforts nord ouest de l’Himalaya, Rajasthan certaines régions de l’inde du sud. L’une des sectes Kulachara est censée avoir été fondée par les saints tantriques Natha (Adinât, Gorakshanath, Matsyendrasanath…)   ( Note de moi-même, c’est à cette école ( et non secte !) que se rattache notre pratique de yoga.

Légende :

Les lieux sacrés parurent au gré de la dispersion de la malheureuse première compagne de Shiva, Sati, dont le corps tomba en morceaux peu à peu.  Tel le temple Kamakhsya de Kamrupa dans l’Assam.

Largeur de vue :

Le tantra qui est avant tout une voie pratique de réalisation, a adopté diverses méthodes pour répondre aux besoins de différents adeptes, de conditions et de capacités multiples. Bien que le but soit le même pour tous, chacun a la liberté de suivre le sentier à sa façon. Une telle liberté ne siginifie pas une simple négation des limites, mais une réalisation positive, source de joie pure, de telle sorte que la connaissance universelle devient ce qu’elle est, connaissance de soi.

Dans cette optique, les tantras ont développé une structure théorique et pratique, à la fois spirituelle et physique, permettant d’accomplir les objectifs de la vie. Il est important de dire que le tantra s’est développé en dehors de la société établie. L’approche tantrique de la vie est antiascétique, antispéculative et entièrement dépourvue de clichés perfectionnistes conventionnels.

Principes de bases  et finalités:

Ils peuvent être exposés en partie du plan cosmique pour arriver au plan humain, ou en partant dans l’autre sens. Pour les tantras, ce qui est dans l’un est dans l’autre, ce qui est en haut et en bas, donc le sens n’a aucune importance. Ce qui est fort pratique car cela veut dire qu’en partant d’une réalité pratique, concrète, on peut remonter jusqu’au plan cosmique, ce que ce propose de faire les pratiques tantriques. Ce peut être un travail sur le corps, un rituel, la visualisation de yantras, mandalas, divinités, la répétition de bija-mantras.

Toutes ces pratiques n’ont qu’un seul but : l’éveil et la réalisation de la vision de l’unité.

Philosophie simplifiée :

La réalité est un tout indivisible : Shiva-Shakti. Ils ne sont des entités séparées que sur le plan relatif, Shakti actualisant sans cesse la conscience et déployant les mondes successifs. L’individu qui est intégré à ce système cosmique détient le pouvoir de s’unifier avec la conscience. La manifestation se fait sur un plan duel – masculin/féminin symbolisé par Purusha/Prakriti. Ils ne sont que deux aspects d’un seul principe. L’objectif du tantra est donc de réaliser cette unité en soi, en unissant les contraires. Dans l’expérience de l’unité, Ananda est ressentie. Elle est toujours recherchée. Le culte du féminin rendu dans les pratiques tantriques vient du fait que la femme est vue comme l’incarnation  de Shakti et est investie de tous les aspects de la vie.

Les trois gunas : 

La conjonction des opposés est source de félicité et débouche sur la spontanéité primordiale. Dans cet état harmonieux, Prakriti, la nature, est composée de trois gunas en parfait équilibre, on ne peut donc les discerner. Dans leur état manifesté ils sont :

  1. Sattva  - essence - est la tendance ascendante orientée vers l’unité et la libération,
  2. Rajas,  - énergie – est la tendance tourbillonnante qui donne l’élan de toute force créatrice
  3. Tamas, - masse – est la tendance descendante ou centrifuge, la source de la décomposition et de l’annihilation.

Lorsque le monde se met en branle on peut dire que:

  1. Tamas est l’énergie magnétique
  2. Rajas l’énergie cinétique
  3. Et Sattva l’énergie équilibrante à mi chemin des opposés.

Si ces énergies sont équilibrées, il n’y a ni mouvement, ni manifestation, ni flux, seulement immobilité perpétuelle. Mais dès que l’univers se déploie, il se projette sous forme vibratoire.

Connaissance scientifique

Le tantra a intégré la totalité des connaissances scientifiques traditionnelles en mathématiques, astronomie, - rotation de la terre sur son axe, calcul de la distance moyenne des planètes à partir de la théorie du mouvement équilinéaire, etc – physique. Ces découvertes provenaient de  visions intuitives,  de pratiques et d’illuminations yogiques, et d’une intense observation des phénomènes naturels, sans le recours à une expérimentation conduite selon les méthodes modernes.

Ces connaissances   ont amené les yogins à affirmer que le soi extérieur est seulement une petite projection du soi intérieur. Un vaste réservoir de forces latentes attend d’être découvert. Le corps humain est un véhicule au moyen duquel l’énergie psychique dormante, Kundalini Shakti peut être éveillée pour s’unir finalement à la conscience cosmique, Shiva.

 

Rôle des mantras et des yantras

Dans la philosophie tantrique, tout est observé sur le plan de la vibration. Ainsi le mantra est-il une mise en vibration d’une certaine qualité d’énergie via des bijas - des phonèmes - qui eux même mettent en vibration des centres énergétiques dans l’être humain, qui eux-mêmes permettent à l’individu d’entrer en vibration avec l’univers. Le son joue un rôle fondamental dans les pratiques tantriques, celui entendu sur le plan manifesté et celui « non frappé »

Le plus connu étant le AUM d'où découle tout l'univers sur son plan manifesté. Lire sur ce blog l'histoire du AUM

Le yantra a la même finalité sauf que la vibration est obtenue par des schémas symbolisant la structure vibratoire de l’univers à travers des formes géométriques simples.Certains mandalas combinent ces formes simples en schéma d'une haute complexité; ce sont toujours des " visions" mises sur le papier.

Les deux sont des ponts, des passerelles et ont leurs correspondances les uns dans les autres. Ils sont des puissants supports pour éveiller la conscience, à travers la mise en vibration d’une certaine forme d’énergie – une fois de plus à travers eux ce sont l’union Shiva/shakti qui est recherchée.

Art

L’art tantrique  - il serait d’ailleurs plus juste de parler d’iconographie pour toutes les représentations visuelles - est une métaphysique visuelle. La notion d’esthétisme participe du plan divin ; la vibration esthétique puissante est indissociable de la forme spirituelle.  En langage plus simple, fond et forme ont autant d’importance l’un que l’autre et du tout naît le beau.  Ce beau à vocation de :

 - Restituer l’expérience de l’unité pour permettre une mise vibration du  « spectateur » ;  grâce à l’extase esthétique, si elle surgit, le spectateur ressentira peut être, au moins temporairement, cette unité.

Si l’on prend la danse, art et  rituel se rejoignent et  le danseur en se reliant au plan divin, agit sur le public un peu comme un yantra. Il permet au public de se relier à son tour, et donc d’entrer en contact avec la réalité transcendantale. Et là encore de ressentir l’unité.

- Soit de construire au fur et à mesure de la méditation cette expérience d’unité qui se révèle au fur et à mesure, le dessin accompagnant, reflétant et conduisant tout à la fois cette expérience.

613vpmZ2-lL._SY450_.jpg

Le yantra

 

C’est une pure configuration géométrique. Certains sont élaborés par étape au cours du processus de la méditation comme expliqué plus haut. D’autres servent de support, de guide pour la méditation.

Certains yantras représentent des divinités ; non pas que les Tantriques croient en tel ou tel dieu, non. C’est une façon de  représenter symboliquement des qualités de l’ énergie via  ces divinités.

D’autres yantras sont  des modèles énergétiques du cosmos.

 

Comme pour le mantra, c’est à la vibration que s’intéressent les tantriques car c’est un principe cosmologique primordial, d’où proviennent toute  structure et tout mouvement. Si nous pouvions passer derrière les apparences, nous verrions des structures statiques comme des modèles vibratoires.  Ils révèlent différents degrés de la réalité qui implique le cosmos, l’infini, le temps, l’espace, le jeu de la polarité. Dès lors qu’on interprète l’infini en termes finis, on est obligés d’exprimer l’illimité de façon relative, en créant des modèles mathématiques d’espace virtuel.

Le point zéro/ Bindu

La représentation minimale de la conscience omnipénétrante est le point mathématique de dimension zéro, bindu, placé au centre du yantra. Bindu est le degré ultime de puissance auquel une chose ou une énergie puisse être condensée. «  Au-delà des  tattvas est le Bindu »

 

Les autres formes :

  1. Le cercle met en contact avec  l’unité, le carré avec la qualité matérielle de la nature, le triangle avec  toutes les triades qui sont au cœur de la pensée tantrique – mondes, gunas, tattvas, etc -,
  2. Le triangle pointée vers le bas est Shakti et vers le haut Shiva, imbriqués, c’est l’union de Shiva/Shakti, réunit par leurs sommets, c’est le tambour destructeur de Shiva, ainsi de suite…
  3. La projection du symbole est souvent directe, hardie de telle sorte que même une petite miniature peut ouvrir les portes de l’esprit.

Selon le TantraRaja tantra, il existe 960 yantras, dont le plus célèbre est le Sri Yantra qui a dû être conçu très anciennement et transmis à travers les siècles. Le Kamakalavilasa en a révélé la nature, la signification, la construction et l’application et l’on trouve également la description de sa structure dans le Saundaryalahari, traditionnellement attribué à Shankara.

C’est une figure formée par la rencontre de 9 triangles avec cinq tournés vers le bas et 4 vers le haut, centré autour du Bindu. Dans ce yantra s’inscrit la création, car ce point est la suprême Shakti qui croit et prend la forme d’un triangle, puis arrive la polarité puis deux points supplémentaires pour former une triade. C’est le désir originel dans le processus créateur, signe d’évolution, et qui représente le principe de la création.

A partir de là s’opère tout le processus créateur qui part du plan le plus subtil pour aller au plan vibratoire plus grossier, ces mots n’ayant aucune connotation péjorative puisqu’ils traduisent juste ce processus créateur. Sont associés des lettres de l’alphabet sanskrit, puis d’autres figures découlent des 9 triangles  et ainsi de suite jusqu’à décrire toute la création du cosmos. Ce yantra comme la plupart  des mantras – voir tous –  a été élaboré à partir de révélation intérieure et non pas avec des calculs mathématiques.

Dans les traditions tibétaines, ce sont plutôt des mandalas qui jouent le rôle des yantras. Le disciple apprend à intérioriser lui aussi le mandala, chaque étape de l’intériorisation correspondant à une progression intérieure vers l’unité.

 

Corps subtil et sa représentation

Les centres énergétiques les plus importants sont représentés comme des lotus, dont la symbolique montre qu’avec l’éclosion la condition de base qui est ignorance et obscurité peut être dépassée dans un sublime déploiement d’énergie et de conscience. Chaque centre énergétique a un certain nombre de pétale, le dernier étant le Saharasha, le lotus aux mille pétales. Dans le cakra de la base, la Kundalini-Shakti endormie qui a fini son travail de création, dort sous la forme d’un serpent  qui se mort la queue, enroulé trois fois et demi sur lui-même, autour d’un linga. L’énergie qui irradie de ces centres est représentée par une spirale.

Quand à la pure conscience, elle est représentée dans l’absence de formes mais le champ est saturé de couleurs.

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2022 2 15 /02 /février /2022 09:46

 

Vidéo à venir sur ma chaine YouTube!

 

 

Janu : genou  Shirsa : la tête  Asana : posture. Elle ressemble à la demi pince mais la jambe est portée sur le côté donc c’est l’ouverture qui est favorisée. Comme la demi-pince (série 2) elle permet un travail sur les canaux Ida et Pingala

Prendre la posture :

 

1. On s’assoie au sol, les deux jambes tendues devant soi ; on ferme les yeux. On porte  la jambe droite sur le côté droit et on   plie  la jambe gauche, le talon sur le périnée. Il  faut que l’angle soit le plus ouvert possible, donc le genou gauche le plus à gauche possible et le genou droit le plus à droite. Cela  ouvre  au maximum et cela va stimuler tout le côté gauche. Dans l’autre sens, c’est à l’inverse (jambe droite pliée) On expire en se penchant un peu vers l'avant.

Ensuite on  inspire en levant les bras, on se tourne vers la droite

Puis  en expirant, on saisit  le pied droit avec les deux mains bien symétriques. On pose si on le peut la tête sur le genou, ou bien on fait au mieux de ce qu'il est possible de faire. Il y a donc une rotation qui a une   incidence au niveau des énergies de feu : base et ventre ce qui va être très stimulant, purifiant, "nettoyant".

Le feu du ventre, les énergies du feu, vont circuler dans tous les canaux, à partir d’Ida et de Pingala. En faisant un  travail sur les canaux et l’axe, cela a une résonance sur tous les canaux de gauche et de droite de la structure énergétique ce qui la purifie complètement, et redynamiser tout le prana. L’ensemble des canaux reçoit  donc le même feu, la même purification

 

Le souffle :

Quand on est à droite, on se rend  compte que le souffle passe à gauche et inversement. On prend dès qu’on peut le rythme 1 4 2 avec des rétentions à plein. C'est à dire que par exemple on inspire deux temps en entendant IAM, si le souffle passe à gauche, on retient on temps, on expire sur 4.

 

Mantra : IAM,  quand le souffle passe à gauche, RAM quand le souffle passe à droite

Position dans une séance : Après les/la posture debout, pour purifier les canaux Ida et Pingala et préparer la Sushumna.

Autres bienfaits :  Sur le plan physiologique, très stimulante  pour :

    • La sphère endo-abdominal
    • La colonne, l’ouverture du bassin
    • Stimuler reins, pancréas, foie
    • Impact vraiment marqué sur les psoas qui sont des muscles qui récupèrent   toxines, stress, etc…
    • Soulage toutes les douleurs du bas du dos mais il faut la faire au moins 3 minutes de chaque côté et tous les jours pendant 15 jours au moins.
    • Dans ce cas, on peut l'associer à utkatasana, et à la barque sur le ventre.

Elle n’a aucune contre indication! Tout le monde peut donc la faire ce qui est très pratique dans un cours.

Pour bien faire cette posture en " yoga" (et ne pas la transformer en séance de gymnastique! )

  1. Tenir Mulabandha. C'est la contraction de l'anus qui évite que le vayu apana ne se disperse hors structure énergétique.
  2. Visualisation des canaux en Serpentin si possible  de part et d'autre de sushumna et voir le trajet du prana dedans.
  3. Entendre les Mantra : Ram, Iam
  4. Poser la langue sur les dents du haut  : Jiva Bandha    ou en arrière ; kechari mudra.
  5. Rythme classique : 1 4 2 pour le travail sur la structure énergétique
  6. OU : on peut utiliser le souffle de Bhastrika pour une application thérapeutique, si, par exemple on veut stimuler les canaux, ou bien débloquer le bas du dos.

 Il faut ensuite observer l’équilibre qu’il y a dans les deux souffles et dans les énergies.

 

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2022 6 12 /02 /février /2022 10:51

A quoi voit-on que kundalini s’éveille (un peu ?) ?  Cinq points de repère simples.

 

Kundalini, le mythique serpent des profondeurs, endormi dans le cakra de la base chez tout être humain, s’il s’éveille un jour, ce qui n’a en principe aucune chance d’arriver chez la plupart des milliards des individus qui peuplent cette Terre, transcende précisément cet individu ;  la plupart des textes ou des écrits que l’on trouve sur cet éveil mettent l’accent soit sur les désordres que cet éveil ou montée apporte s'il était pas ou mal préparé ( les éveils spontanés sont TOUJOURS partiels) soit sur les pouvoirs extraordinaires que cet éveil donne : vision, capacité à se faire minuscule, ubiquité, pouvoirs en tous genres ( style super héros), etc.

Contrairement à la littérature qui fleurit abondamment avec les pouvoirs des supers héros, les voyages dans l’astral, et autres choses qu’on lit de puis le mouvement de la théosophie, cet article se veut volontairement tout simple et parle de l’éveil partiel de Kundalini.

La plupart du temps, Kundalini s’éveille sous la guidance d’un maître lui-même éveillé, soit directement, soit à travers des pratiques de yoga, sous la guidance de ce maître. Quand elle s’éveille, on peut dire qu’elle détruit tous les contenus personnels, individuels pour faire l’individu au tout, qui cependant reste un individu incarné. Mais le Je Aham, est devenu TOUT Maha. (grand en sanskrit)

MAIS ce qui est rarement dit ou expliqué, c’est que dans une démarche authentique de yoga ou/et une vie mystique profonde et sincère, la belle endormie va forcément ouvrir un œil et que cela change tout. Qu’est-ce qui alors indique que la demoiselle commence à s’extirper de ses profondeurs et apporte à l’individu ce petit plus, oh, bien modeste, puisqu’il ne s’agit pour donner un ordre d’idée que de 4 ou 5 % de ce  potentiel enfermé en elle, qui va littéralement enchanter sa vie ?

Voici une liste d’éléments ; car au-delà des pouvoirs que Kundalini apporte, c’est surtout sa douceur, sa paix, que les grands éveillés ont évoquées, tel Maharshi.

 

1) L’être est de plus en plus sensible à la beauté ; je devrais écrire RASA, qui en sanskrit est la saveur esthétique ; cela peut-être à travers l’art, la nature, la beauté d’une ville, et à travers tout ce qui vient directement toucher le cœur et cloue le bec au mental ; Rasa ne s’analyse pas, il se vit en direct. Le sens esthétique qui se raffine, qui devient de plus en plus profond est l’un des grands signes ; l’individu va s’arrêter dans la rue pour regarder un immeuble, un arbre ; il est attentif au changement de lumière ; il peut rester des heures dans la contemplation pure d’un paysage… il ne craint plus de perdre son temps ; il le perd sans s’en inquiéter, car il sait qu’il ne s’écoule pas… la liste n’est pas exhaustive, bien sûr

2) Le besoin de consommer diminue. Attention, ça n'est pas par désir d'écologie, par sans moral, ou autre! Que nenni! Cela se fait naturellement car l’individu tout occupé à redécouvrir un monde neuf qui éclot tout pareillement en lui et hors de lui, éprouve de la sorte moins le besoin de se « divertir » à l’extérieur, de consommer : spectacles, divertissements, voyages, soirées entre amis, vêtements, objets, biens matériels, possessions en tous genres, ce fameux « avoir plein nos armoires » de la foule sentimentale de Souchon ; notez bien que l’individu ne se ferme nullement au monde, mais sa rumeur ne l’atteint plus de la même façon, parce qu'un monde nouveau s'est mis en place, simple mais tellement lumineux et nourrissant.

Par ailleurs, il a une attitude de retrait bienveillant ; il écoute la fureur ou la rumeur du monde, sans vouloir absolument y participer ; cela ne veut nullement dire qu’il est indifférent, qu'il s'est retiré dans son ermitage, non. L'explication est simple :   la dualité ne le tiraillant plus d’un côté ou de l’autre, il est à présent enclin à observer les deux plateaux de la balance plutôt que de vouloir absolument que l’un des deux s’incline d’un côté ou de l’autre selon son désir.

3) Il est content pour rien ; ce n’est pas encore la félicité, la béatitude, Ananda, mais un avant-goût. La moindre petite chose l’émerveille, l’ enchante, le met en joie ; il retrouve un état d’enfance où tout est toujours neuf et merveilleux pour la première fois, où tout est en re-création perpétuelle, ou tout prend des formes de jeux, alors que dans son quotidien, absolument rien n’a changé.

4) Son intuition s'aiguise et est profonde et juste. Il sera plus à même de sentir, de ressentir, et de comprendre sans passer par le mental discursif ; cela apporte aussi beaucoup de paix, et toujours cet état de recul qui n’est pas de la passivité, car on peut toujours être actif dans le monde, en faire partie, mais plus de la même façon ; de la sorte, il est bienveillant, car il sait que tout est égal, et il sait aussi qu’au-delà du Je, guidé par le mental, les contenus personnels des cakras, il brille en Hrdaya une petite part de l’âme cosmique universelle.

Il commencera à percevoir une autre dimension sous le monde «  réel », peut-être percevra-il les auras, les énergies, le monde invisible, mais sans tomber dans le côté « sensationnel » de la chose, car il verra tout cela comme faisant un tout et non comme des éléments exceptionnels, ou extraordinaires. C’est comme si après avoir vu le monde à travers des lunettes déformantes, on les lui retirait…

5) Cet individu la plupart du temps sera en paix avec lui-même et le monde, il ne cherchera plus à être "quelqu’un" ni "personne", ces deux mots ne signifiant plus rien pour lui. Conscient d’être de passage, il cherchera à accroître en lui la lumière qu’il devine y briller, et consacrera du temps à augmenter celle-ci. Suivant l’appel de la mystérieuse, il s’engagera ou non dans cette voie d’une manière totale, en sachant que tout est là, qu’il faut être prêt, que la grâce peut le toucher à chaque instant, et que dans ce cas, c’est tout son être profond qui sera transfiguré. Il est donc prêt à mourir à lui-même.

6) Il est plein d'empathie pour tout et tous,  sans que pour autant  ses émotions ne le dirigent. C'est un point important, cette forme d'amour universel, d'amour pour tous, d'empathie, mais sans vouloir " aider", " changer",  "modifier". Il voit en tous le reflet du divin, sachant que sous les personnages incarnés, il y a l'âme commune qui vibre.

7) Enfin, son mysticisme s'éveille. Il ressent un appel, un union ou un désir d'union avec le Divin ( DI, c'est briller en sanskrit, d'où vient l'idée de radieux, dieu, et de lumière). Il peut même être touché par la grâce.

 

Partager cet article
Repost0