Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Art Et Yoga

  • : Articles sur le Hatha yoga et les formations proposées.
  • : Pratique les techniques du yoga, issues des écoles tantriques, complémentaire du site : www.art-et-yoga.fr
  • Contact

  • artetyoga
  • professeur de yoga et  yoga nidra
musicienne et danseuse
  • professeur de yoga et yoga nidra musicienne et danseuse

Accueil

Bienvenue sur Art et yoga, blog de Valérie Beck,  complémentaire  du site www.art-et-yoga.fr. Vous trouverez dans ces pages de quoi organiser vos séances, découvrir des techniques de yoga, trouver des renseignements sur nos cours par correspondance, et de nombreux autres articles. Diplômée en yoga, yoga nidra, yoga thérapeutique, je suis des études de sanskrit. Pourquoi art et yoga? Parce qu'en parallèle je suis musicienne et danseuse. En Inde, les arts et le yoga permettent d'atteindre Moksha, but ultime de l'art et du yoga!

 

 

Recherche

   

 

31 octobre 2022 1 31 /10 /octobre /2022 10:14

J'ai mis en place il y a environ un mois une chaine YouTube sur laquelle je vais mettre exclusivement de la musique; celle que j'écris, celle que je joue.

La première raison est qu'autrefois, quand j'étais chanteuse, j'ai écrit et chanté une bonne centaine de chansons qui n'ont cependant jamais été enregistrées ni arrangées : j'ai de quoi à la maison faire des maquettes correctes, mais je compte m'initier à toutes sortes de logiciels pour améliorer encore la qualité d'enregistrement et d'arrangements ; actuellement, je recommande d'écouter les chansons avec un casque ou des écouteurs qui restituent mieux le son que les hauts parleurs de l'ordinateur.

La deuxième est que j'ai arrêté de faire de la scène depuis maintenant 10 ans, mais le goût du partage est toujours là...

 Pour l'instant, il n'y a que quatre chansons ( écrites entre 1986  et 2000) ; je compte mettre une musique par mois environ.

 

Lien de la chaine You TUBE

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2022 7 30 /10 /octobre /2022 10:44

Cette séance " compile" en 20 minutes  :

  1. uddyana-bandha
  2. Talasana
  3. Parighasana
  4. Marjariasana
  5. Viparita karani mudra
  6. Nadishodana en version de base
  7. Concentration/Relaxation

 

Vous trouverez la plupart de ces techniques expliquées et/ou guidées sur ma chaîne YouTube.

Alors, bonne pratique!

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2022 5 14 /10 /octobre /2022 12:03

Ces concentrations sur le son ou la lumière, éléments qui apparaissent avant même la création de l’univers,  sont très  importantes car elles ouvrent des espaces difficiles d’accès.

Toute une branche des écoles Natha exploite  le  nada yoga : c’est un yoga basé sur le son pour la raison évoquée plus haut, car tel le saumon, le yogi tente de remonter à l’origine même de l’univers, avant son déploiement.

Ces concentrations demandent une immobilité parfaite et beaucoup d’intériorisation.  Il faut entrer dans une forme d’isolement

Chaque individu  a un son. Car du corps global, autrement dit de l’ensemble des koshas qui composent un individu, émane un son. La somme des sons de notre être donne un son unique

 

Quand on fait des concentrations autour de   techniques visuelles : c’est direct, on regarde

Mais pour faire ce travail sur le son, cela demande un autre type d’attention. Car le son n’est pas quelque chose qui dure. C’est évanescent. Sur le son intérieur, la concentration demande plus d’intensité. C’est un complément pour le maintien ou l’acquisition de la concentration et elle assure une grande stabilité au niveau mental. C’est déjà un premier acquis avant d’ouvrir ces espaces insondables que proposent ces techniques.

Le son est lié à l’espace, et avec cette technique, il est possible d’ unir   le souffle, le son et l’espace à l’intérieur de soi

 A partir du moment où le monde intérieur s’ouvre, de suite, on acquiert une capacité au recul, on peut observer le monde, et soi même avec une vraie distance et une neutralité bienveillante. La fusion avec le souffle court-circuite le processus mental et analytique

 

Ensuite, pratiquer régulièrement et sur des temps plus longs, ces techniques peuvent devenir de grandes    initiatrices.

La vidéo vous présente la technique en version de base, que tout le monde peut faire. A faire à la fin d'une séance de yoga, ou sur quelques minutes, tous les jours, indépendamment de sa pratique.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2022 6 01 /10 /octobre /2022 09:32
Qu'est-ce que le pranayama? Comprendre son rôle dans le yoga.

 

 L’individu est composé de plusieurs  koshas कोश qu’on traduit par corps pour plus de facilité.  Les trois principaux sur lesquels on «  travaille » en yoga et qui sont imbriqués sont les corps    physique, énergétique et mental. Le  pranayama est le lien entre les différentes structures ou corps. Etymologiquement, le mot pranayama प्राणायाम avec des A longs se décompose en Prana, प्राण principe vital par essence, que l’on trouve dans absolument tout, y compris les végétaux, et Yama याम terme qui désigne le contrôle ou le refrènement, la maîtrise.  Le pranayama consiste en la maîtrise du souffle pour faire passer celui-ci du plan grossier, l’air qu’on respire sans y penser, à l’activation d’un souffle plus subtil gorgé de prana, principe énergétique vital, jusqu’à ce que le souffle lui-même se suspende et s’arrête ?  Impossible direz-vous ? Non pas.

Cette suspension de souffle maîtrisée se produit si le corps  devenu comme de pierre, comme une jarre, a disparu, si le mental ne produit plus de pensée, quelque chose à l’intérieur s’est ouvert, le vide est là.

Comme les trois structures sont intimement liées, si l’on agit sur l’une on agit sur l’autre : et les yogis sont des gens pratiques : il est plus facile de travail le souffle que le reste.

 

  Mais commençons par le début

On  sait bien que tant qu’on est en vie tant qu’on respire, c’est la base même de la vie. Suivant l’état émotionnel, le souffle n’est pas le même. A chaque attitude physique correspond un souffle  (si on court, si on dort, si on est au repos, le souffle change). Si vous êtes très concentré sur une tache, votre souffle peut naturellement se suspendre de lui-même quelques instants ou bien se ralentir. Le souffle est puissamment en relation avec les processus mentaux qui tout au long de la journée fluctuent énormément, ce qui entraine également des fluctuations au niveau des énergies qui parcourent les autres corps.

L’expression en «  avoir le souffle coupé » montre bien qu’un choc émotionnel violent a une incidence puissante sur le souffle, et c’est vrai pour absolument tout ce qui se passe ; bien sûr à des degrés différents, parfois imperceptibles, qui passent inaperçus, mais les énergies se mettent à circuler moins bien, et le souffle se bloque peu à peu. Comme les trois corps sont en étroite relation  grâce aux cakras et aux adharas, ce qui arrive à l’un se transmet aux deux autres et c’est vrai dans les deux sens. Les trois corps échangent en permanence des informations.  Si le prana est activité, si le souffle énergétique est actif, alors le mental est stable.

Ce souffle grossier comporte une part de souffle énergétique, de prana, et si celui-ci est activité consciemment, cela permet d’emplir la structure énergétique qui s’étend environ deux mètres autour l’individu de ses propres énergies. Ainsi,  les énergies extérieures  ne viendront plus la parasiter.  Ce peut être des gens, des lieux, des pensées…

Le premier rôle du pranayama est donc dans un premier temps de remplir la structure énergétique, de la purifier, de défaire les nœuds et les blocages au fur et à mesure des trois corps.

C’est la raison pour laquelle le hatha yoga insiste sur un premier pranayama d’une importance extrême, nadishodana, नदी  +शोधन  ( rivière- purification) qui purifie les nadis lunaires et solaires de la structure énergétique qui réactivent sans cesse la dualité de l’être humain.

 

  Le deuxième point capital du pranayama est la stabilité du mental. Je présente souvent l’espace mental    comme le Cérébro du professeur Xavier : il faut imaginer un réservoir commun aux 7 milliards d’individus sur Terre tous influencés par les mêmes choses véhiculées par l’éducation, la culture,  les médias, les modes de pensées, et les  quelques 2 milliards d’années de présence de l’homme sur celle-ci. Cet espace mental est régi par le temps, et celui-ci est calé sur la seconde  qui conditionne la structure du temps.

Grâce au pranayama, il est possible de s’extraire  du mental collectif   en d’harmonisant son propre souffle sur le souffle cosmique, le Svara,  स्वर  l’individu découvre son propre rythme. Si le mental  ne vibre plus par rapport à cette mesure qu’est la seconde, il ne vibre plus comme le mental collectif et l’individu trouve sa propre liberté intérieure en  même temps, qu’une grande  stabilité   mentale, car il n’est plus soumis aux fluctuations générées par les émotions qui influent sur le souffle physiologique grossier.

Le pranayama ramène aussi à l’intérieur de soi et   l’individu réalise alors que c’est lui qui donne son sens au monde et non pas le monde qui façonne sa pensée,  car si son mental n’est plus soumis aux dictats du collectifs, il comprendra vite que le monde est chargé des contenus qu’il projette sur lui. Les neurosciences en sont arrivées à la même conclusion assez récemment.

Au début, quand on travaille le pranayama, il  contient 80 pour cent d’air, puis au fil du travail et des ans, le souffle se subtilise et active peu à peu le souffle subtil, le prana.. Cela assure une meilleure stabilité à tous points de vu

 

Enfin, comme pour l’eau sur la terre, qui circule en boucle depuis des millions d’années, l’air est bien toujours le même et a déjà été respiré des milliers de fois ; cela veut dire que des millions de créatures ont déjà respiré cet air avant nous, qu’il est chargé de leurs énergies, de leurs mémoires.  Éveiller son souffle subtil, c’est s’extraire du collectif qui, mémorisé d’une certaine façon dans cet air,  impose, à travers lui,  une façon d’être, de penser, de réagir. Cela permet donc de se couper de façons d’être, de penser, d’agir collectives, sans même que l’individu n’ait la capacité de s’en rendre compte ; peu à peu, il investit pleinement tout son être, sans plus que l’extérieur ne vienne lui imposer ce qu’il doit penser, aimer, regarder, acheter, etc..

Si vous avez des doutes, sachez que des tests récents ont été faits dans des salles de cinéma qui diffusaient un certain type de film et qu’il a été constaté que l’air respiré non seulement se chargeait des émotions des spectateurs, mais qu’en plus cela avait une influence sur l’ensemble des personnes de  la même salle ; c'est-à-dire si un spectateur très sensible regarde un film d’horreur et est terrifié, par son souffle, il contaminera en quelque sorte ses voisins. 

 

L’extérieur désigne non seulement les individus, mais aussi les lieux, le temps qu’il fait, tout ce qui peut influencer de l’extérieur un être humain. Car tout a une interaction avec le souffle qui lui-même modifie et influence les corps physiques et mentaux.

 

 En résumé, si le souffle est instable, ou si vous préférez irrégulier, il est difficile de garder une stabilité intérieure; si l’être humain était un navire, le souffle serait la mer,  et vous voyez donc ce qui se passe si la mer change sans cesse ; sauf si le capitaine sait parfaitement diriger son bateau. D’où l’un des rôles du pranayama : par les techniques de yoga, le souffle énergétique est éveillé, ce qui stabilise le souffle tout court ; ainsi tout l’individu qui acquiert cette stabilité. L’individu gagne en harmonie.

 

Vous pouvez d’ailleurs vous amuser à observer dans la journée l’état de votre souffle et votre état intérieur personnel. Pensez aussi régulièrement à ramener un souffle calme, ample et lent, par exemple, s’il est un peu haché et rapide plusieurs fois dans la journée sur une minute ou deux ; mais c’est le travail régulier du pranayama qui assurera vraiment cette stabilité.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 09:12

Voici une excellente posture pour le passage vers l'automne car elle stimule le feu en mulagni, dans le cakra de la terre, dans Manipura et le distribue dans toute la structure énergétique ! Je vous souhaite une bonne pratique!

La charnière,  - le mot sanskrit est parfois aussi traduit par porte, mais l’idée principale c’est  le passage d’un point à un autre - c’est le ventre, le cakra Manipura ; c’est la que se fait la flexion.

 

Parighasana concentre toutes les énergies du feu dans Manipura cakra.  

 

Ces énergies proviennent toutes d’en dessous de la terre, du magma, car traditionnellement  le feu est en bas, en Mulagni, comme un noyau enfoui dans la terre  qui à travers un canal, permet à l’énergie de monter pour se diffuser à partir de Manipura dans la structure énergétique.  

Ce qui assure la santé, le dynamisme et aussi un bon fonctionnement du mental et de ses processus

Le feu est un puissant antidote du doute car il le dissipe.

Parighasana stimule tous les points du feu ce qui permet aux  énergies du feu d’être  bien distribuées :

Et cette posture prévient et calme toutes les  inflammations ostéo-articulaires

  • Certains cas d’arthrose sont soulagés par cette posture
  • Au niveau du corps : bonne réserve de vitalité
  • Gauche et droite : donc énergie
  • Digestion, audition, vue, améliorée
  • Moelle épinière fortifiée

 

Prendre la posture

 

A genou, bras le long du corps, on tend sur le côté la jambe droite, pied dans l’alignement. Pied gauche orteils rentrés ou allongés. (Orteils rentrés plus de stimulation)

Yeux ouverts : point en face

Kechari, Mulabandha

On expire, on inspire, on lève le bras, le plus près possible de l’oreille gauche

On descend sur le côté droit et la main glisse pendant que la tête se tourne pour fixer un point sur le plafond, ou le plus haut possible.

 

Pour les souffles  

 

si possible : le 1/4/2

Soit dans la colonne. Soit dans le ventre

Faire  3/5/ou 7 souffles en entendant le mantra RAM pendant l’inspiration et la rétention et Ksham à l’expiration.

Puis on remonte, bras gauche tendu. On expire, le bras est ramené

Puis on change de côté.

 

Se laisser ensuite une ou deux minutes pour observer.

 

Partager cet article
Repost0
30 août 2022 2 30 /08 /août /2022 08:43

Je raffole de cet étirement que j'ai mis au point quand je dansais chez Mia Frye; la pratique du hip-hop-street funk-jazz, assez intense, mettait à mal mon bas de dos, et j'avais remarqué qu'en le préparant de cette façon (+ abdos) , je le protégeais mieux. C'était il y a 20 ans.

Mais aujourd'hui, et bien, je le fais toujours ; il  détend bien les muscles du bas du dos et des hanches, qui crispés tirent sur le bas du dos et provoquent des douleurs, et étire également la colonne et le haut du dos ainsi que  les épaules  : on peut parfaitement l'enchaîner deux fois de suite. On peut expirer sur chaque mouvement latéral et vers l'avant, puis ensuite installer un souffle ample, bien rythmé en veillant à détendre le corps dans l'étirement : ne rien crisper, relâcher et étirer. En plus, il est agréable à faire.

Je le pratique avant une séance de fitness type cardio, ou autre, ou après, systématiquement avant une séance de danse.

Comme youtube a bloqué mes vidéos dans lesquelles j'utilisais pourtant des musiques " libres de droit"  j'ai donc réalisé moi-même la musique de cette vidéo pour ne plus avoir ce genre de problème.

J'ai d'ailleurs préparé pleins d'autres musiques pour d'autres séances courtes - 4 à 5 minutes - ou plus longues ( jusqu'à 20 minutes)

Une playlist " fitness" est créée tout spécialement pour ces nouvelles vidéos.

Bien sûr, je continue à proposer des vidéos de yoga !

Je vous souhaite une agréable pratique et vous dis à très bientôt!

Partager cet article
Repost0
27 août 2022 6 27 /08 /août /2022 07:10

Cette posture peut être faite par tout le monde lorsque l'on installe ses jambes en losange. En y restant une bonne dizaine de minutes, elle conduit au souffle subtil  qui nait dans le cakra svadisthana, et trouve son état subtil dans anahata via visuddhi,  et à un état d'observateur impassible et bienveillant.

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2022 6 20 /08 /août /2022 07:03

rajakapotanasana, guidée pour les débutants.

Je vous propose aujourd'hui de faire ensemble la posture de la colombe dans une version accessible à tous.

Vous trouverez la fiche complète de la posture ainsi qu'une vidéo qui l'explique à ce LIEN

J'en rappelle brièvement les bienfaits :

Sur le plan de la structure énergétique :

  • Elle pacifie le cœur, apporte du recul, apaise notre centre de  " l’intranquillité"
  • Tenue longtemps, elle subtilise le souffle et prépare au pranayama

Physiologiquement, elle est excellente :

  • Pour toute la colonne qu'elle dynamise
  • Elle a une influence marquée sur le thymus, les glandes surrénales, la sphère endo-abdominale et sexuelle.

Ci dessous une vidéo qui explique comment prendre la posture de la colombe.

 

 

Voici la vidéo qui explique comment faire la posture

Partager cet article
Repost0
12 août 2022 5 12 /08 /août /2022 09:56

 

Je vous présente aujourd'hui en version d'apprentissage pour débutant l'une des postures de yoga les plus puissante. Elle est notée dans la majorité des textes.

 

C’est une pratique de résistance qui doit absolument être tenue dans la durée. La vidéo vous explique comment la faire, une version guidée pour débutant vous sera proposée la semaine prochaine.  Comme au début, pour la plupart des gens, il est difficile de la garder deux ou trois minutes, elle vous sera proposée avec des petites séries de 30 secondes, répétées plusieurs fois.

 

Il n’y a aucune  contre indication (à voir bien sûr au cas par cas suivant l’état du corps physique de chacun bien sûr !). Si l’on arrive à se lâcher dans la position, elle est même excellente pour les  lombaires et les cervicales mais pour cela, il ne faut pas qu'il y ait de tension ou de douleur anormale bien sûr.

 

 

Prendre la posture :

 

Bien sûr comme toujours :  il faut installer mulabandha et jivabandha ou kechari mudra , les yeux sont ouverts.

 

Deux façons de faire.

- Soit les orteils sont  rétractés : dans ce cas, c'est la stimulation des cakras qui est stimulé, et on peut par exemple utiliser le souffle de bhastrika; cela demande déjà d'être bien à l'aise dans la posture et de pouvoir la garder plusieurs minutes

- Soit ils sont allongés : dans ce cas,  cela  stimule  surtout l’axe et la gorge. C'est cette version qui vous est présentée aujourd'hui.

 

On se met à genoux ; on installe les mains dans le creux des reins pour bien pousser le bassin vers l’avant ; on veille à détendre les épaules. Et puis on incline la tête vers l’arrière. Toujours en poussant le bassin vers l’avant, on cambre le corps.

Si on le peut, on pose les mains sur les pieds et on arque davantage le corps. On fait alors son travail de souffle. Si ça n'est pas possible, on essaie de détendre les épaules, de bien garder le bassin vers l'avant, et on laisse pendre des bras ou bien, on les laisse dans le creux des reins.

Quand on a termine, on peut  prendre l’embryon d’or pour tout intérioriser.

 

Les Mantras : on va garder des mantras doux pour l’instant comme HAM SA, mais RAM KSHAM, mantra associé au feu et à l'énergie sont possibles.

 

Durée : au moins deux minutes qu’on peut faire en  trois ou quatre fois au début, le temps d’habituer le corps.

 

Bienfaits :

La posture fortifie le corps  MAIS il  faut y aller avec douceur. Soyez à l'écoute, chercher l'endurance, mais dans un certain lâcher-prise, sans acharnement, surtout. On fait de toutes petites séries au début et puis on allonge peu à peu. D’ailleurs, la posture peut   devenir   puissante et enivrante quand le corps a lâché, on s’y sent particulièrement bien.

  • Fermeté et légèreté : tels sont les bénéfices de cette posture
  • C’est également l’une des positions de montée de l’énergie car elle stimule le vayu Uddana  qui  libère les souffles
  • La posture est aussi excellente pour les reins, surrénales, thyroïde : très bénéfique

 

Précautions :

Si  l’on souffre d’une hyperthyroïdie : dans ce cas, plus longtemps dans l’embryon d’or en posant le sommet du crâne sur le sol

Si les cervicales sont  douloureuses : faire des petites séries de 10-20 secondes sans forcer sur le cou, on détend, on relâche, on recommence.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 août 2022 6 06 /08 /août /2022 09:22

Tous les textes traditionnels tels que la gheranda samhita, la shiva samhita, la hatha  yoga pradipika, le trisikhi brahmana la nomment en première ou deuxième posture ; ils sont souvent très laconiques sur les raisons de ce lotus, qu'on nomme Padmasana, se contentant souvent de dire qu'il " détruit la maladie". La vidéo vous en dit un peu plus!

Des liens pour assouplir les hanches et vous permettre de faire le lotus vous sont proposés en description de la vidéo.

 

Partager cet article
Repost0